Lancement d’un premier programme de certification environnementale sur les fermes

Québec (Québec), 6 décembre 2001 – Dans le cadre de son 77e congrès général annuel, l’Union des producteurs agricoles (UPA) et ses partenaires ont annoncé un projet d’implantation sur les fermes d’un système de gestion environnementale, une première en Amérique du Nord.

L’entente permettra d’instaurer et d’expérimenter dans 76 fermes réparties dans quatre régions du Québec un système de gestion environnementale comportant trois niveaux d’implantation, le troisième niveau respectant les critères de la norme internationale ISO 14001. Ainsi, 43 fermes dans la région de l’Estrie, 11 en Montérégie, 11 dans Chaudière-Appalaches et 11 autres dans le Centre-du-Québec participeront à cette première expérience en implantant l’un des trois niveaux.

Pour Laurent Pellerin, président général de l’UPA, « ce projet de certification environnementale des fermes démontre une fois de plus que les producteurs et productrices agricoles du Québec sont résolument engagés dans une agriculture durable qui assurera la pérennité de leur terre. Cette entente fort constructive s’inscrit dans le virage agroenvironnemental que nous avons entrepris depuis plusieurs années. »

Dans son intervention, le président de l’UPA a fait valoir les investissements en temps et en ressources que devront faire les 76 producteurs agricoles participant à ce projet, évalués globalement à 350 000 $ pour l’ensemble des fermes, afin d’adapter leurs pratiques au nouveau système de gestion environnementale.

Ce projet fait suite aux engagements d’élaborer une certification environnementale sur les fermes et représente le début de la troisième étape de la Stratégie agroenvironnementale de l’UPA. Rappelons qu’auparavant, l’UPA et ses partenaires ont réalisé le Portrait agroenvironnemental des fermes du Québec en 1998 et 1999, suivi d’un cadre provincial d’intervention, publié en 2000. Les plans d’action régionaux et sectoriels ont récemment été rendus publics, ou le seront sous peu.

Cette entente spécifique a été rendue possible grâce à la participation du ministère de l’Environnement du Québec, du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, du ministère des Régions du Québec, des Conseils régionaux de développement de Chaudière-Appalaches, du Centre-du-Québec, de l’Estrie et de la Montérégie, ainsi que du Conseil régional en environnement de l’Estrie et de l’Union des producteurs agricoles. Au cours des trois prochaines années, les différents partenaires y investiront plus de 1,15 million de dollars.

Comme dans les étapes précédentes de sa stratégie agroenvironnementale, l’UPA, dont la participation s’élève à 321 500 $, compte sur l’appui du Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec et du Fonds canadien d’adaptation et de développement rural d’Agriculture et Agroalimentaire Canada.

M. Pellerin a profité de l’occasion pour souligner l’initiative et l’importante contribution de la Fédération de l’UPA de l’Estrie dans l’élaboration et la mise en oeuvre de ce projet prometteur.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Conseil pour le développement de l’agriculture du Québec (CDAQ)

http://www.cdaq.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Ministère de l’Environnement du Québec

http://www.menv.gouv.qc.ca

Ministère des régions

http://www.sdr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires