Le prix des denrées agricoles a diminué en avril

Toronto (Ontario), 26 mai 2003 – L’indice Scotia des prix des produits de base,qui mesure la tendance des prix des principales exportations du Canada, achuté de 9,9 % en avril, perdant ainsi la totalité de ses gains réalisésdurant le premier trimestre. Bien que les prix des produits de base aientconsidérablement perdu de la vigueur en avril, l’indice d’ensemble étaitencore supérieur de 25,2 % au creux cyclique enregistré en octobre 2001.

« Après sa flambée en mars, favorisée par l’accroissement des exportationscanadiennes de gaz naturel, l’indice du pétrole et du gaz a chuté de 26,8 % aumois d’avril, vu le recul saisonnier des prix du gaz, qui coincide avec la finde l’hiver et la baisse des besoins en chauffage », a déclaré Patricia Mohr,vice-présidente et spécialiste des produits de base à Etudes économiquesScotia. « La ‘prime de guerre’ aux prix du pétrole a poursuivi sa descenteparallèlement à la fin de la campagne américaine en Irak, sans toutefois nuireaux réserves du Moyen-Orient. De plus, un ralentissement considérable deséconomies américaine et européenne, en partie lié au malaise occasionné par laguerre en Irak, a freiné l’évolution des prix des métaux de base, sans oublierl’éclosion du SRAS, qui a fait craindre des répercussions néfastes sur ledynamisme industriel de la Chine. Les prix des denrées agricoles ont égalementrégressé. En fait, l’indice des produits forestiers constitue le seul élémentà avoir progressé en avril, étant donné que les producteurs de pâte, de papierjournal et de papier satiné (de catégorie A) sont parvenus à relancer leursprix. »

La remontée fulgurante du dollar canadien, dont la valeur, qui atteignaità peine 0,64 $US en décembre dernier, s’élevait entre 0,72 $US et 0,74 $US àla mi-mai, comprimera les marges bénéficiaires à court terme des exportateursde ressources canadiennes, puisque la plupart d’entre eux négocient en dollarsaméricains sur les marchés internationaux. Cependant, la faiblesse du dollaraméricain pondéré en fonction des échanges devrait tôt ou tard hausser lesprix des produits de base en dollars américains (en 2004-2005). L’histoire aeffectivement démontré le renforcement des prix mondiaux de la pâte et desmétaux de base en période d’affaiblissement du dollar américain, sous réserved’une demande internationale raisonnablement élevée.

L’indice moyen West Texas Intermediate des prix du pétrole brut estdescendu de 33,16 $US le baril, en mars, à 28,14 $US en avril. Après avoirrégressé au niveau minimal de 25,24 $US le 29 avril dernier, soit quelque12 1/2 $US de moins que le niveau maximal de 37,83 $US atteint immédiatementavant le début de la guerre en Irak, les prix du pétrole ont repris leurascension pour s’établir à 29,16 $ à la mi-mai.

« La reprise des exportations de pétrole irakien s’effectuera beaucoupplus lentement que prévu. Elle sera retardée par des actes de pillage et parune absence de sécurité généralisée, qui ont entravé le fonctionnement normaldu ministère irakien du Pétrole et la réparation de l’infrastructure deschamps pétrolifères », a commenté Mme Mohr. « Il reste que le maintien des prixdu pétrole devrait surpasser les prévisions, vu la lente reprise desexportations irakiennes dans les marchés mondiaux. »

Bien que les exportations canadiennes de gaz naturel aient régressé enavril, leurs prix devraient remonter en mai et en juin. Le cours de la Nymex adéjà progressé de plus de 6 $US par BTU, après être descendu à 5,36 $US enavril. Aux Etats-Unis, les stocks de gaz se maintiennent à un niveauexceptionnellement bas pour cette période de l’année. En outre,l’approvisionnement frontalier en provenance du delta du Mackenzie etl’agrandissement des terminaux d’importation de GNL (gaz naturel liquéfié) nedébuteront pas avant la seconde partie de la présente décennie.

Dans le secteur des produits forestiers, les producteurs de pâte ontimposé, en avril dernier, une élévation des prix de 40 $US la tonne aux Etats-Unis et dans le nord de l’Europe (troisième gain réalisé cette année). Cetteaugmentation a favorisé l’enregistrement de profits raisonnables à l’internechez les producteurs de la Colombie-Britannique. Cependant, les producteurscanadiens de papier journal, de papier satiné et de papier couché légersubiront des pressions intenses afin de hausser leurs prix sur le marchéaméricain durant le second semestre de 2003, vu la compression des margesbénéficiaires causée par le renforcement accéléré du dollar canadien. Eneffet, la remontée des prix ne constitue qu’un phénomène récent et les margesbénéficiaires se maintenaient à un niveau exceptionnellement bas, avantl’envolée du huard.

Le prix des denrées agricoles a diminué en avril : le recul des prix du blé et du homard a effectivement neutralisé les gains enregistrés dans les secteurs du bétail, de l’orge et du colza canola. En Ontario, les prix dubétail ont connu une hausse profitable, passant de 70,05 $US le quintal, enmars, à 75,45 $US, en avril, données nettement supérieures au prix de67,48 $US établi lors du précédent exercice. Cependant, le dépistage de la« maladie de la vache folle » chez une vache en Alberta a comprimé les prix dubétail, qui ont finalement chuté à 69,70 $US à la fin de la semaine dernière.

« Dix-huit pays, dont les Etats-Unis, le Mexique, le Japon, la Corée duSud, l’Australie et Hong Kong, ont interdit temporairement l’importation deboeuf canadien, jusqu’à ce qu’une enquête confirme la salubrité de cettedenrée alimentaire », a précisé Mme Mohr. Les Etats-Unis reçoivent la majoritédes exportations canadiennes de bovins vivants et de produits du boeuf (87,3 %en 2002).

« Même si les exportations de bétail et de boeuf représentent une modestepart des exportations canadiennes (1 %), ce secteur figure parmi les pluslucratifs de l’agriculture canadienne en général et il présente un potentielde croissance important », a conclu Mme Mohr.

Etudes économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondiedes facteurs qui façonnent l’avenir du Canada et de l’économie mondiale,notamment l’évolution macro-économique, les tendances relatives aux marchésdes changes et des capitaux, les produits de base et la performance del’industrie, ainsi que les questions liées aux politiques monétaires, fiscaleset gouvernementales.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque Scotia
http://www.scotiabank.ca./ScotiabankFr/index.html

Commentaires