Ligne de temps

Le travail au sol a peu d’impact sur le stockage de carbone

Dans le contexte du changement climatique et de l’augmentation des émissions de CO2 liée à l’activité humaine, le travail du sol serait un élément clé pour le stockage de carbone dans les sols cultivés. De nombreuses études affirment que la simplification du travail du sol, et même l’absence de labour permet d’augmenter ce stockage. Cette recommandation, soutenue par le Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), est issue de nombreux résultats obtenus surtout en Amérique du Nord.

Cependant, de récentes analyses sur la littérature scientifique ont souligné les faiblesses méthodologiques de nombreux travaux, remettant en cause l’importance du travail du sol sur le stockage possible de carbone. Des chercheurs français ont analysé les résultats d’expériences faites en France depuis 20 à 41 ans  qui inclut le calcul des stocks sur une grande profondeur (0-60 cm) et le suivi dans le temps du stock de carbone.

Selon les résultats, les stocks de carbone du sol pour trois types de travail du sol (labour annuel, travail superficiel et semis direct) sont restés inchangés après 41 ans de ces pratiques en continu. Par contre, le travail superficiel a augmenté le stock de carbone en surface (0-10 cm) mais l’a diminué en profondeur (10-30 cm).

En analysant l’évolution des stocks au cours du temps, les chercheurs ont conclu que la réduction du travail du sol entraîne des phases de stockage ou de déstockage de carbone, selon les conditions climatiques. Les années sèches favorisent le stockage de carbone en travail superficiel, alors que les années humides entraînent un déstockage de carbone par rapport au sol labouré.

L’effet à long terme du mode de travail du sol dépend des conditions climatiques, dont la pluviométrie. La réduction du travail du sol peut avoir des conséquences sur d’autres services écosystémiques que celui de la régulation du climat mais ne semble pas efficace pour stocker du carbone en climat tempéré humide.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires