Les exploitations avicoles de la Vallée du Fraser en Colombie-Britannique sont déclarées exemptes de l’influenza aviaire

Abbotsford (Colombie-Britannique), 10 décembre 2005 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) et le ministère de l’Agriculture et des Terres de la Colombie-Britannique ont déclaré que les exploitations avicoles de la vallée du Fraser situées dans deux zones de surveillance étaient exemptes de l’influenza aviaire, car aucune autre trace du virus n’a été détectée à la suite de trois séries de tests effectués hebdomadairement. Les zones de surveillance et toutes les mesures de quarantaine connexes qui visaient 80 établissements ont été levées.

L’ACIA a mis en quarantaine les établissements à titre préventif à la suite de la détection d’une souche nord-américaine faiblement pathogène du virus de l’influenza aviaire dans deux exploitations d’élevage de canards où des échantillons avaient été prélevés le 18 novembre. L’Agence a mis sous surveillance toutes les exploitations avicoles commerciales situées dans un rayon de cinq kilomètres des établissements infectés et soumis les oiseaux à des tests de dépistage pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres exploitations infectées. Conformément aux lignes directrices internationales, l’Agence a déclaré les zones exemptes de l’influenza aviaire après que les résultats des tests menés sur une période de 21 jours se sont avérés négatifs à l’égard de la maladie.

Les mesures de quarantaine étant maintenant levées, les élevages commerciaux et les produits de volaille pourront de nouveau être déplacés à l’intérieur des zones de surveillance et à l’extérieur de celles-ci sans restriction. Les deux établissements où la présence du virus avait été détectée demeurent en quarantaine d’ici à ce que l’Agence ait vérifié les travaux de nettoyage et de désinfection effectués.

Le virus de l’influenza aviaire se propage rapidement dans les troupeaux commerciaux. Le fait d’avoir réussi à confiner le virus aux deux exploitations d’élevage de canards, la présence de la souche H5 n’ayant été détectée dans aucun des milliers de poulets soumis à des tests de dépistage, témoigne de l’engagement de l’industrie en matière de biosécurité et du respect des mesures de lutte contre l’influenza aviaire mises en place par l’ACIA. L’étroite collaboration entre l’industrie et les gouvernements fédéraux et provinciaux au chapitre des politiques, des laboratoires et des activités sur place a aussi contribué à l’efficacité de l’intervention.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA)
http://www.cfia-acia.agr.ca/

Commentaires