Maïs : le bon taux de semis

Depuis une cinquantaine d’années, les producteurs savent que des gains de rendement peuvent être obtenus en augmentant la densité de peuplement. C’est dans ce contexte que beaucoup d’efforts de recherche ont été déployés pour déterminer les densités de peuplement spécifiques à chaque variété de semence de maïs.

Comprendre la réaction d’un produit à différentes densités de peuplement peut aider à déterminer le taux de semis économique pour la production de maïs. Voici quelques informations à ce sujet, gracieuseté de Dekalb.

Avec les semences d’aujourd’hui, les gains de rendement dépendent de la faculté des plants de tolérer les stress et de produire chacun un épi. Ainsi, on suppose qu’en augmentant le nombre de plants à l’hectare, on augmente aussi le nombre d’épis à l’hectare.

Un peuplement de 64 000 à 74 000 plants/ha (26 000 à 30 000 plants/acre) est habituel en Ontario. Considérant le potentiel de rendement du champ, un producteur peut envisager un semis à taux variable et l’augmenter ou le diminuer afin d’optimiser le potentiel de rendement de son maïs dans certaines zones ou champs spécifiques.

Connaître l’emplacement de ces zones ou champs peut aider un producteur à choisir ses produits de semence et les taux de semis à employer. Il pourra, par exemple, diminuer le taux de semis là où l’humidité manque le plus souvent.

De plus, certaines caractéristiques du terrain, telles que la hauteur élevée, une forte pente ou un faible pourcentage de matière organique, influencent le rendement et peuvent être considérées dans la recommandation du taux de semis.

Outre son effet sur le nombre d’épis, la densité de peuplement agit sur le nombre de grains par épi et sur le poids des grains. Le peuplement optimal doit permettre un équilibre entre l’avantage de produire un plus grand nombre d’épis à l’hectare et les effets possibles sur la taille des épis et le poids des grains.

Après avoir identifié les produits de semences adaptés à votre région, examinez attentivement les recommandations de peuplement pour chacun de ces produits. D’autres facteurs peuvent intervenir sur les décisions de taux de semis :

• Semis hâtif – augmentez le taux de semis de 10 % par rapport au peuplement final désiré quand le sol est froid;

• Semis tardif – augmentez le taux de semis de 5 % par rapport au peuplement final désiré quand le sol est réchauffé;

• Courte saison de croissance – conservez une densité de peuplement élevée pour maximiser l’interception du flux lumineux;

• Maïs pour ensilage – les peuplements peuvent être de 10 % supérieurs à ceux du maïs grain, car le problème de la verse n’a pas autant d’importance.

En conclusion, les nouveaux hybrides de maïs sont créés pour un taux de semis plus élevé. L’an dernier, les problèmes de remplissage des épis ont été associés au temps chaud et sec durant la saison de croissance ainsi qu’à de mauvaises conditions de pollinisation. Toutefois, les conditions de croissance en 2013 ne seront pas exactement les mêmes qu’en 2012, et la densité de peuplement désirée devrait être fixée dans le but d’optimiser le potentiel de rendement du champ.

Source : lettre agronomique L’évolution du savoir, de Dekalb

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires