Plus que 5 % de refuge

La vente des semences pour la saison 2012 est déjà bien enclenchée. La grande nouveauté est le « refuge dans le sac », qui permettra aux producteurs de semer sans se préoccuper d’établir un refuge pour la pyrale ou la chrysomèle des racines du maïs.

Dans ces sacs de semences, 5 % des graines serviront de refuge. Comment cela est-il possible, alors qu’habituellement, on doit établir un refuge de maïs non-Bt sur 20 % d’un champ?

La réponse est bien simple. Ces hybrides vendus avec le refuge déjà mélangé dans le sac de semence contiennent au moins deux modes d’action, explique l’agronome Martin Lanouette, des Semences NK (Syngenta).

Traditionnellement, les maïs Bt ne contiennent qu’un type de protéine Bt contre la pyrale. On estime qu’en laissant à la pyrale un refuge correspondant à 20 % d’un champ, cela suffit à lui donner amplement de terrain pour se multiplier sans qu’elle tende à développer une résistance à cette protéine Bt.

« Avec deux modes d’action, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) est confiante qu’on n’a plus besoin de 20 % de refuge », affirme Martin Lanouette. Autrement dit, les semenciers ont fait valoir avec succès auprès de l’ACIA qu’un maïs portant les gènes de deux protéines différentes, ayant chacune un mode d’action différent, une pyrale qui développerait une résistance à l’une des protéines serait vraisemblablement contrôlée par l’autre.

Chez Syngenta, le refuge dans le sac est identifié par la combinaison de caractères Viptera 3220. Il contient deux gènes Bt très différents, qui contrôlent non seulement la pyrale, mais aussi d’autres insectes comme le légionnaire et le vers gris. Syngenta est l’un des rares semenciers à faire bande à part, sans utiliser le Genuity SmartStax Refuge Intégral de Monsanto.

Du côté de Pioneer, la semence avec 5 % de refuge dans le sac s’appelle AcreMax. Les deux gènes utilisés contre la pyrale sont Herculex (Dow) et Yieldgard (Monsanto).

Pratiquement tous les autres semenciers utilisent le Genuity SmartStax Refuge Intégral. Monsanto s’en sert notamment dans sa propre marque de semences, Dekalb.

« Chez Dekalb cette année, nous offrons systématiquement nos hybrides avec le refuge dans le sac », dit l’agronome pour le Québec, Stéphane Myre. Pour 2012 au Québec, Dekalb propose 12 hybrides SmartStax et six hybrides VT Double PRO.

Les hybrides VT Double PRO contiennent deux protéines contre la pyrale et le contrôle d’insectes aériens. Le SmartStax contient en plus des traits contre les insectes souterrains, comme la chrysomèle.

Pour les producteurs, le refuge dans le sac ne vient pas seulement les soulager de ne plus avoir à établir de refuges. Il pourrait aussi voir le rendement global d’un champ augmenter, puisque selon Stéphane Myre, il n’était pas rare de voir la pyrale s’attaquer à jusqu’au quart des plants d’un refuge. « Les producteurs peuvent protéger 15 % plus de superficie que l’an passé », dit l’agronome.

Toute la publicité entourant ces technologies peut donner l’impression qu’elle a un impact direct sur les rendements des hybrides, ce qui est faux. « La technologie fait seulement protéger un potentiel de rendement, dit Stéphane Myre. C’est avant tout la génétique de base d’un hybride de maïs-grain qui détermine sa performance. »

à propos de l'auteur

André Dumont's recent articles

Commentaires