Prendre le temps de prendre soin de soi

Le 28 janvier marque la journée consacrée à la santé mentale, la Journée Bell Cause pour la cause. Le mouvement visant à briser les tabous entourant la santé mentale et à initier une discussion sur le sujet prend une dimension particulière cette année alors que la population vit avec la pandémie depuis dix mois. Les sources de stress et d’inquiétude ont été nombreuses, que ce soit en ayant à naviguer à travers les incertitudes liées à la COVID-19, que ses impacts sur la vie en général et le travail. Ceci est d’autant plus vrai dans un secteur comme le secteur agricole où le niveau de stress était déjà élevé avant la pandémie. Selon certaines statistiques, 43% des agriculteurs canadiens disent ressentir du stress.

Il faut aussi se rappeler que l’année 2019 et le début de 2020 avaient déjà été des sources de stress importantes: la saison et la récolte désastreuse de 2019, les barrages ferroviaires, la hausse du prix du propane, suivie d’autres barrages en 2020. Avec la pandémie, les éleveurs et les producteurs de différents secteurs ont dû composer avec des situations difficiles, que ce soit par les changements dans la chaîne d’approvisionnement que par le manque de main-d’oeuvre. Les conditions météo de 2020 ont également offert peu de répit. Bref, ce ne sont pas les raisons qui ont manqué pour manquer de sommeil.

L’Association canadienne de sécurité agricole (ACSA) a profité de la journée d’hier pour discuter du stress et des signes d’essoufflement liés à une trop grande pression, ce qui n’est pas toujours facile.  « Le stress a tendance à se manifester dans notre bien-être physique et mental. Il s’agit peut-être d’une augmentation du nombre de maux de tête, de douleurs thoraciques, d’une nuque raide ou d’un dos douloureux. Ou nous trouvons peut-être que nous sommes plus susceptibles à la colère, plus émotionnels, que nous éprouvons un manque d’estime de soi ou la dépression. Et quand cela arrive, nos comportements changent. Nos attentes pour nous-mêmes et les autres augmentent, la consommation d’alcool peut augmenter, nous pourrions avoir tendance à nous isoler ou nous pourrions perdre le sommeil », indique l’Association. Cette dernière recommande plusieurs outils simples pour aider à soulager le stress.

L’ACSA rappelle aussi  que « ce ne sont pas les expériences d’aujourd’hui qui créent le plus grand stress. C’est plutôt un reflet du passé ou la crainte de demain qui tend à créer un sens de stress accablant. Répondre aux défis un à la fois est une bonne approche à la gestion du stress. En vous concentrant sur aujourd’hui vous serez peut-être surpris de constater l’énergie renouvelée que vous avez pour le jour et pour une meilleure vie pour demain.»

Il faut aussi garder en tête ceci :

1. Vous le valez bien.

2.Votre famille, vos amis et la communauté en bénéficieront.

3. Votre ferme en bénéficiera.

4. Votre vie en bénéficiera.

L’organisme Au coeur des famille agricoles est également disponible, du lundi au samedi, de 8h00 à 16h00, au 450-768-6995. Les services sont gratuits et confidentiels. Des travailleurs de rang peuvent aussi être contactés.

Financement agricole Canada a, pour sa part, diffusé une vidéo sur la résilience.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires