Qualité de la pêche dans l’industrie québécoise de la crevette

Québec (Québec), 24 septembre 2008 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec et député de Frontenac, M. Laurent Lessard, félicite l’industrie québécoise de la pêche à la crevette qui vient d’obtenir le sceau d’approbation du Marine Stewardship Council (MSC) pour la qualité de la pêche à la crevette nordique pratiquée dans le golfe du Saint-Laurent.

Cette reconnaissance internationale décernée par le MSC, organisation sans but lucratif qui est basée à Londres et qui a développé une norme de référence pour évaluer les pêcheries, confirme ainsi la valeur supérieure de l’industrie québécoise de la pêche à la crevette au regard de l’écoconditionnalité et du développement durable. Après une évaluation de plusieurs mois, qui a tenu compte de l’état des stocks, des répercussions de la pêche sur l’écosystème et de la rigueur employée quant à l’application des mécanismes de gestion en vigueur, le MSC atteste que cette industrie est bien gérée et respectueuse de l’environnement.

Le ministre Laurent Lessard a tenu à féliciter l’industrie québécoise pour avoir su relever le pari de l’excellence : «En travaillant ensemble, pêcheurs, industriels et gouvernements sont en mesure d’améliorer la qualité de l’offre des produits du Québec et la reconnaissance attribuée par le MSC encourage à continuer dans cette direction. L’obtention de la certification du MSC permet assurément de satisfaire les consommateurs des produits de la pêche qui sont de plus en plus exigeants en matière de provenance et surtout d’écoconditionnalité. »

Le sceau d’approbation du MSC couronne les efforts déployés de manière concertée par l’ensemble des acteurs et des partenaires de cette industrie au Québec et au Nouveau-Brunswick, que l’Association québécoise de l’industrie de la pêche (AQIP) a entrepris de rallier autour de ce projet dès 2005.

En effet, les pêcheurs étaient les premiers intéressés puisqu’ils devaient faire la démonstration de l’écoresponsabilité de leurs pratiques de pêche. La collaboration des agents du ministère des Pêches et des Océans du Canada responsables d’évaluer les stocks a permis d’établir les plans de pêche et d’en surveiller l’application. Le directeur général de l’AQIP, M. Jean-Paul Gagné, a d’ailleurs souligné l’engagement et les efforts des pêcheurs :

« Il était impératif de mobiliser les ressources humaines nécessaires pour donner des renseignements précis et incontestables sur le caractère durable et la bonne gestion de la pêche à la crevette dans le golfe. Le processus fut exigeant même si nos pratiques de pêche et de transformation étaient excellentes, puisqu’il fallait toujours en faire la preuve écrite et documentée. La collaboration de tous a donc permis d’obtenir la certification du MSC, qui est très importante pour le maintien de nos marchés, en particulier l’Europe. »

Le porte-parole de l’Association des capitaines-propriétaires de la Gaspésie, M. Dave Cotton, s’est dit lui aussi très heureux de l’obtention de cette reconnaissance : « Les pêcheurs du Québec ont été en 1967 les premiers à capturer la crevette nordique au Canada. Ils ont été également les premiers à utiliser la grille Nordmore, qui est un dispositif de sélectivité qui ne porte pas atteinte à la ressource halieutique. On travaille aussi à réduire la consommation de carburant et, par le fait même, nos émissions de gaz à effet de serre. Nous sommes très fiers que la certification du MSC vienne mettre en valeur les efforts de l’ensemble de notre industrie en faveur de l’environnement. »

Rappelons qu’au Québec les 57 bateaux de pêche à la crevette du golfe du Saint-Laurent débarquent annuellement plus de 20 000 tonnes de crevettes dans cinq usines réparties en Gaspésie et sur la Côte-Nord. Ces activités procurent des emplois à 2 000 personnes et génèrent une valeur d’expédition de 50 millions de dollars. Le produit transformé est vendu sur le marché québécois ou exporté vers les marchés européen et américain.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association Québécoise de l’Industrie de la Pêche (AQIP)
http://www.quebecweb.com/aqip/introfranc.html

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires