Record d’assistance alimentaire

Le nombre de personnes ayant recours aux banques alimentaires ne cesse d’augmenter et dépasse aujourd’hui les trois quarts de million au Canada.

Ainsi, dans un mois typique, les banques alimentaires du pays fournissent de la nourriture à plus de 882 000 personnes. Fait inquiétant : plus de 339 000 (38 %) d’entre elles sont des enfants. À Montréal seulement, les enfants de 0 à 17 ans représentent aujourd’hui 41 % du nombre total d’usagers.

C’est que la moitié des ménages recevant une aide alimentaire sont des familles avec enfants, nous apprend le plus récent bilan sur l’assistance alimentaire d’urgence. Parmi les ménages canadiens ayant recours aux banques alimentaires, un sur cinq a un revenu provenant d’un emploi actuel ou récent. À Montréal, les ménages dont le principal revenu est l’aide sociale constituent 62 % des répondants ayant eu recours au service de provisions en mars 2012. Ils sont suivis par les ménages tirant leur principal revenu d’un emploi, qui représentent 11 % des répondants.

Plus de 385 153 repas et 74 624 collations ont été servis en mars 2012 par Moissons Montréal. Le nombre de repas servis a augmenté de 14 % entre mars 2011 et mars 2012.

Alors que ce sont les familles biparentales et monoparentales qui font le plus appel au service de provisions (un total combiné de 56 % des répondants en 2012 contre 48 % en 2011), ce sont les personnes célibataires qui ont davantage recours au service de repas (52 % des répondants en 2012 contre 41 % en 2011).

« Il est choquant de constater que dans un pays aussi prospère que le Canada, des centaines de milliers d’enfants comptent sur les banques alimentaires pour avoir suffisamment à manger », a déclaré Katharine Schmidt, directrice générale de Banques alimentaires Canada, qui a coordonné l’étude nationale portant sur plus de 4 500 programmes d’aide alimentaire. « Bien que les banques alimentaires fassent ce qu’elles peuvent pour combler le besoin, trop d’enfants sont encore à l’école le ventre vide. »

Au pays, on compte donc 31% plus d’utilisateurs cette année par rapport aux nombres d’usagers des banques alimentaires d’avant la récession de 2008-2009.

Parmi les solutions, Banques alimentaires propose aux gouvernements d’

1- investir dans le logement abordable;

2- dans l’innovation en matière de sécurité alimentaire dans le Nord;

et

3- d’améliorer le Supplément de revenu garanti afin qu’aucune personne âgée ne tombe en dessous du seuil de pauvreté.

 

Pour obtenir le rapport complet du Bilan-Faim 2012, consulter le www.banquesalimentairescanada.ca.

 

Commentaires