Syndicat des producteurs en serre du Québec : des années d’efforts anéanties par le dernier budget

Longueuil (Québec), 20 juin 2003 – Le développement promis par le gouvernement au secteur serricole québécois, de même que des années d’efforts soutenus, viennent d’être sérieusement compromis par le tout premier budget de Yves Séguin, Ministre des Finances du Québec, estime le Syndicat desproducteurs en serre du Québec (SPSQ). A un point tel que déjà certainsserriculteurs viennent d’annuler leurs projets de construction suite au dépôtdu budget.

« Nous avons travaillé d’arrache-pied avec les fonctionnaires de troisministères, pendant plus de deux ans, afin de trouver comment stimuler lesinvestissements en serriculture et fournir la demande croissante pour noslégumes et nos plantes ornementales. Nous nous étions finalement entendus avecle gouvernement sur des mesures concrètes pour encourager nos producteurs enserre, et voilà que le gouvernement Charest dit non au développementéconomique et à la création d’emplois », clame André Mousseau, président duSPSQ, toujours abasourdi par l’annonce du dernier budget.

Selon le SPSQ, les investissements publics dédiés au « plan de soutien etde développement de la production serricole », inclus dans l’énoncé budgétairede mars 2003, étaient infimes par rapport aux investissements privés et à lacréation d’emplois prévus par le Ministère des Finances (MF), le Ministère desRessources Naturelles (MRN) et le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries etde l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

« Notre marché est actuellement occupé en majorité par les producteurs enserre de l’Ontario et de la Colombie-Britannique, qui bénéficient de laconfiance de leur gouvernement et d’un environnement d’affaire plus propice àleur développement. Nous n’avons pourtant besoin que de quelques modificationsréglementaires, au niveau de l’énergie et du champs d’application des normesde la construction du Québec, pour créer des milliers d’emplois ».

« A cet effet, l’Union des producteurs agricoles (UPA) nous appuiefermement depuis le début de nos démarches. Je suis convaincu que l’absence denotre programme dans le budget résulte d’une incompréhension de la part dugouvernement, et que nous serons en mesure de mieux expliquer nos enjeux aucours d’une rencontre avec les ministères concernés », conclu André Mousseau.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Syndicat des producteurs en serre du Québec (SPSQ)
http://www.fihoq.qc.ca/html/spsq.html

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires