“Un budget plutôt qu’une politique de développement régional”, selon la FCCQ

Montréal (Québec), 20 février 2007 – La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) reconnaît dans le budget provincial une relative continuité quant au repositionnement de la compétitivité du Québec et l’assainissement des finances publiques. Ce budget est très clairement orientévers le développement économique des régions et, à cet égard, la nouvelleStratégie de développement pour toutes les régions déposée avec ce budgetrépond à plusieurs des recommandations de la FCCQ quant aux impératifs dudéveloppement régional. Par ailleurs, bien que l’annulation totale de la taxesur le capital aurait été préférable, la majoration des crédits d’impôts surla taxe sur le capital accordée dans ce budget est de bon augure dans uncontexte où la compétitivité du Québec repose sur les investissements desentreprises.

La Stratégie de développement pour toutes les régions répond à lanécessité d’adopter une approche globale et intégrée au développementrégional, tel que le mentionne la FCCQ dans sa vision économique Pour unQuébec gagnant. La nouvelle stratégie régionale prévoit l’injection de825 millions de dollars sur 5 ans dans le développement régional de laprovince et propose de nouvelles façons de faire, notamment en orientantdirectement l’action du gouvernement sur l’augmentation de la productivité desentreprises. « La FCCQ reconnaît l’importance de donner de l’élan à notreproductivité, seule garante de l’augmentation du niveau de vie et de lacapacité d’investir », d’affirmer Françoise Bertrand, présidente-directricegénérale de la Fédération des chambres de commerce du Québec. Sur ces825 millions de dollars, 675 millions seront directement alloués aux régionsafin que celles-ci aient en mains les moyens de répondre à leurs besoinsspécifiques. Cette mesure est inspirée d’une ligne directrice recommandée parla FCCQ l’année dernière. De plus, la nouvelle stratégie accorde des mesuresspécifiques à la capitale nationale et à la métropole, ce qui coincide avecune autre recommandation de la FCCQ.

En ce qui concerne les diverses mesures sur les crédits d’impôtsspécifiquement alloués aux régions ressources, la FCCQ comprend que seuls lescrédits d’impôts accordés aux PME manufacturières -des crédits basés sur laperformance de l’entreprise et non sur la création d’emplois induite par cetteaide- voient leur taux d’exemption passer de 75 % à 50 % au 1er janvier 2008.La FCCQ réserve son jugement quant à l’impact de cette mesure sur les PME desrégions ressources et consultera ses membres. Par ailleurs, les créditsd’impôts sur les salaires des nouveaux employés dans le domaine de lafabrication sont maintenus comme prévu, permettant ainsi une prévisibiliténécessaire au développement des entreprises. Dans le cadre de cette nouvellestratégie régionale, le gouvernement propose également de mettre en place ungroupe de travail sur les aides fiscales accordées à certains territoires. LaFCCQ réclame de participer à cet exercice.

Dans le développement de l’entrepreneuriat québécois, le réseau deschambres de commerce du Québec réitère l’importance qu’il joue localement,régionalement et à l’échelle du Québec et rappelle que sa collaboration estacquise à ce chapitre. De plus, la FCCQ reconnaît que le développementéconomique ne peut se faire qu’en s’appuyant sur les créneaux d’excellence,dans une perspective où les outils et les moyens soutenant le développementéconomique soient décentralisés et permettent une réponse adéquate à desconditions porteuses d’une réelle croissance des entreprises. « L’action deschambres de commerce est, par nature, inhérente à l’entrepreneuriat et à cetitre la FCCQ offre la collaboration des chambres de commerce locales aux CLDdans l’accomplissement de la mission qui leur est confiée », d’ajouter MadameBertrand.

La majoration du crédit d’impôt sur la taxe sur le capital de 5 à 10 %est saluée. Selon la FCCQ, cette mesure prolongée jusqu’en 2012 constitue unnouveau pas en avant en faveur de l’investissement, même si le contexte actuelsuggère de provoquer davantage les investissements en annulant complètementcette taxe et en accélérant la réforme de la fiscalité des entreprises, unélément de plus en plus pesant dans notre compétitivité. Dans ses Perspectiveséconomiques 2007, la FCCQ entrevoyait une faible croissance économique auQuébec au cours des prochains mois. L’investissement des entreprises doit doncprendre le relais de la croissance. « La communauté des gens d’affaires quenous représentons souhaite envoyer un signal clair quant à la nécessitéd’améliorer le climat d’affaires et l’investissement », de préciser FrançoiseBertrand. « Les efforts consentis par le gouvernement dans le sens d’une baissede la taxe sur le capital pour les secteurs fragiles tels que celui du bois etcelui de l’agriculture sont également salués », de terminer la pdg de la FCCQ.

A propos de la FCCQ
Grâce à son vaste réseau de 162 chambres de commerce, la FCCQ représente57 000 membres exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l’économieet sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gensd’affaires et d’entreprises au Québec, la FCCQ est l’ardent défenseur desintérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques, favorisant ainsiun environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

Commentaires