Dans votre Bulletin de mai

Votre Bulletin de mai vous réserve bien des surprises. Vous y apprendrez notamment comment maximiser le revenu du troupeau laitier avec des fourrages de qualité, implanter un champ de plantes fourragères ou apprivoiser les vertus du pâturage intensif.

Un numéro à ne pas manquer dont voici le sommaire :

EN COUVERTURE

Les fourrages, c’est économique!

À la ferme Nico 2000, Jean-François et Bruno Nicole visent la production de fourrages de qualité. Voilà la priorité numéro un pour maximiser le revenu du troupeau laitier.

DOSSIER FENAISON

Neuf moyens d’aller plus loin avec les plantes fourragères

Dix à douze tonnes de matière sèche à l’hectare, c’est possible! À condition d’accorder aux plantes fourragères la même attention et les mêmes moyens qu’on accorde au maïs et au soya.

Semis : qualité versus quantité

Implanter un champ de plantes fourragères est un art. Pour réussir le contact sol-semence idéal, avec le taux de semis adéquat, il faut savoir allier bonnes techniques et bon jugement.

Maîtriser les pertes cachées de vos fourrages

L’éleveur doit faire l’impossible pour préserver la qualité nutritive des plantes fourragères récoltées.

Place aux faucheuses papillon

Les combinaisons de faucheuses triples nommées « papillon » offrent une productivité impressionnante, une solution intéressante pour les fermes de grande taille.

CULTURES

Fertilisation postlevée du maïs : azote, zinc et compagnie…

Le passage dans le champ après le semis ouvre la porte à différentes possibilités pour la fertilisation du maïs. En plus de l’azote, d’autres éléments fertilisants peuvent être appliqués.

ÉLEVAGES

Révolution dans le transport des dindons

Depuis un an, le mode de transport et d’anesthésie des dindons a changé. Une révolution qui apporte beaucoup d’avantages à l’usine et aux producteurs.

Premier été en pâturage intensif

Il n’a fallu qu’un été d’essai à Jean-François Cardin pour se convaincre des vertus du pâturage intensif.

FRUITS ET LÉGUMES

Réduire l’apport en phosphore sans sacrifier les rendements

Certaines combinaisons de phosphore granulaire et d’engrais liquide peuvent réduire l’apport total de phosphore dans la culture des pommes de terre, tout en étant efficaces et rentables.

 

Commentaires