Des perspectives favorables pour le soya, mais attention…

Jean-Philippe Boucher agr., MBA [email protected]

Le dernier rapport mensuel du USDA aura encore une fois réajusté à la baisse la production américaine de soya, ce qui aura également amené celle dans le monde à fléchir également. Par contre, par des mesures que certains seraient portés à considérer même « d’ésotériques », les inventaires de fin de la prochaine année (2012-13) seront restés inchangés aux États-Unis à 3,13 millions de tonnes.

Mais pour mettre en perspective correctement la disponibilité de soya qu’envisage pour les États-Unis le Département Américain de l’Agriculture, il faut prendre en compte aussi la consommation projetée de soya, ce que nous offre le ratio inventaires/consommation.

Ce ratio consiste simplement à diviser les inventaires prévus par la consommation. Plus le pourcentage obtenu est faible, plus les risques de manquer de soya sont importants, plus il est élevé et plus nous sommes confortables.

 

Comme l’illustre ainsi le graphique ci-joint, le fait est que nous serions en principe légèrement en meilleure posture que l’an dernier avec un ratio de 4,31% versus 4,13%.  Autrement dit, la disponibilité de soya aux États-Unis serait en fait légèrement moins problématique qu’elle ne l’a été l’an dernier. Est-ce donc dire que le prix du soya serait surévalué présentement? Pas nécessairement non plus, car les marchés ne tiennent pas uniquement compte bien entendu de cette réalité. Ils gardent à l’esprit aussi que les récoltes sud-américaines ne sont pas chose faite, que la récolte américaine n’est pas non plus engrangée et que rien ne confirme un ralentissement « réel » de la consommation pour l’instant, même si de son côté le Département Américain de l’Agriculture y croit.

Au moment d’écrire ces lignes, le prix du soya était à nouveau de retour à la hausse après quelques jours plus difficiles. Présentement à 17,58 $US/boisseau sur mon écran, si l’on regarde son graphique on constate qu’il conserve toujours le momemtum nécessaire pour éventuellement briser 18 $US/boisseau. Personnellement, je crois que ce nouveau record historique n’est pas impossible. Par contre, le fait est également qu’à moins que la récolte aux États-Unis soit encore plus mauvaise que prévu, il ne faudrait pas non plus qu’on assiste à un recul des ventes à l’exportation de soya américain dans les prochaines semaines. Car si c’est le cas, les marchés pourraient alors commencer enfin à croire qu’il y a bel et bien un rationnement de la demande et que finalement, le Département Américain de l’Agriculture n’avait peut-être pas nécessairement tord dans les nouvelles prévisions qu’il a présentées ce mercredi…

 

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires