Du soya à 600$ la tonne c’est possible?!

Honnêtement, si vous m’aviez dit en janvier dernier que le soya pourrait dépasser son sommet de l’an dernier, je pense bien que je vous aurais regardé sérieusement d’un drôle d’air. Et avec les marchés depuis le temps, je dois dire qu’il m’en faut souvent un peu plus pour me surprendre. Mais là, chapeau, ils y sont très bien parvenus!!! Encore quelques jours, peut-être même aujourd’hui, et le prix du soya à la bourse va passer au-dessus de 15 $US le boisseau (551 $US la tonne). Ce n’est pas rien quand on sait qu’en janvier dernier, il ne volait pas beaucoup plus haut que 11,60 $US le boisseau (426 $US la tonne).

La question est maintenant de savoir jusqu’où il pourra bien grimper ce fameux soya. À la bourse, certains parlent de 15,50… 16,00 $US le boisseau (environ 575 à 590 $US la tonne) et peut-être plus?! Mais concrètement, au Québec, est-ce qu’on peut espérer pouvoir vraiment vendre du soya à 600$ la tonne? Possible… mais j’en reste encore pour l’instant très sceptique. Pourquoi?

Et bien surtout car on est encore loin du compte si on considère aussi la valeur de la « base », que certains appel la prime, dans notre prix final. Pire!! La réalité est en fait que plus le prix du soya à la bourse grimpera, plus celui de la « base » reculera.

À preuve… au début de janvier dernier, lorsque le prix du soya à la bourse peinait à dépasser 12 $US le boisseau (441 $ la tonne environ), celui de la « base » oscillait autour de 0 $CAN à la ferme. Maintenant, près de 4 mois plus tard qu’en est-il? Avec un prix qui frise 15 $US le boisseau (545 $ la tonne), la « base » a fondu comme neige au soleil pour même être dans certaines régions de moins de -1,00 $CAN le boisseau à la ferme (-37 $CAN la tonne).

Donc autrement dit, plus la bourse voudra nous amener vers 600 $ la tonne, plus la « base » au Québec forcera dans l’autre sens. À savoir pourquoi ce phénomène se produit est une autre chose plus longue à expliquer ici. Mais l’idée est là et les chiffres année après année confirment bel et bien ce comportement inverse de la « base » par rapport au prix à la bourse.

Pour supporté tout ce que je viens de dire, on peut d’ailleurs prendre aussi pour exemple ce qui c’est produit lorsqu’il y a plus de 3 ans, le prix du soya c’était emballé pour atteindre brièvement un sommet de tous les temps à plus de 16,60 $US le boisseau (610 $US la tonne) en juin 2008. Qu’était-il donc arrivé avec la valeur de la base? Elle s’est tout simplement écrasée davantage pour être aussi faible que -2,00 $CAN le boisseau (-73,5 $ la tonne) dans certaines régions. Résultat, peut-être bien que certains producteurs auront été tout juste sur le point de vendre à 600$ la tonne… mais honnêtement, de mémoire je sais que la plupart auront surtout été en mesure de vendre au mieux à 550-555 $ la tonne.

Bref, d’expérience je sais que pour plusieurs producteurs il est très tentant de se faire des beaux chiffres ronds comme objectifs de ventes  …  300 $ dans le maïs… 600$ dans le soya. Mais au risque de péter la balloune de certains, je crois qu’il ne faudrait pas trop compter sur cette éventualité pour l’instant pour vendre dans le soya. La marche est encore beaucoup plus haute qu’on le croit.

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires