Le soya ou le maïs pour 2017?

Je compare les prix payés à mes compétiteurs, j’observe des graphiques pour mieux me situer. Je mesure l’impact du dollar canadien sur la base. Qu’est-ce qu’il va faire notre dollar? L’effet Trump, la prochaine récolte sud-américaine, les intentions de semis à venir… Dans quel corridor de prix vont naviguer mes récoltes de maïs-soya-blé? J’essaie d’élaborer différents scénarios, mais qui sait? Si quelqu’un le savait, ça se saurait, ça paraîtrait.

En fait, ce que je connais le plus, c’est ma ferme, mon coût de production et ma marge bénéficiaire visée. Je monte toujours mon plan de commercialisation en répartissant mes risques, mes niveaux de ventes et mes objectifs. Comme n’importe quel gestionnaire de portefeuille le ferait pour les placements.

Je protège le maïs ou le soya? Un peu des deux? Je mets l’accent sur le soya parce qu’il est déjà à 2.7 de ratio sur le CME versus le maïs? Les écarts de prix sont inversés, ce qui signifie que le marché veut du soya « now ». Les spéculateurs sont là, c’est bon signe, autant en profiter. Le novembre 2017 est déjà à son plus haut niveau depuis août 2014 et à 0,50 $ du haut enregistré sur le mois courant dans la dernière année. Je place mes objectifs de CME. Je ferme un pourcentage de base en dollar américain pour me donner un levier additionnel si le dollar canadien s’affaiblit. Certains prévoient 0,70 $, j’étale mes objectifs à 0,73-0,72-0,71. Je suis déjà à des niveaux 5 % de mieux que 2016. Et c’est parti pour la récolte 2017!

à propos de l'auteur

Agriculteur et collaborateur

Paul Caplette

Paul Caplette est passionné d’agriculture. Sur la ferme qu’il gère avec son frère en Montérégie-Est, il se plaît à se mettre au défi et à expérimenter de nouvelles techniques. C’est avec enthousiasme qu’il partage ses résultats sur son blogue Profession agriculteur.

Articles récents de Paul Caplette

Commentaires