Vendre ou acheter son grain les yeux fermés

Jean-Philippe Boucher agr., MBA [email protected]

Depuis que j’ai commencé à travailler dans le domaine de la mise en marché des grains, il y a plusieurs années, j’ai connu peu de producteurs qui ne m’auront pas dit un jour ou l’autre lorsque les prix se mettent à baisser : « Je vais vendre si le prix retourne à X… », pour réaliser quelques semaines ou mois plus tard qu’ils auront finalement vendu à beaucoup moins cher.

Il existe aussi la variante à la hausse qui est : « Je vais vendre si le prix grimpe encore de y… et encore de y… et encore… et encore… ». Et ce qu’il y a d’autant intéressant dans cette variante, c’est qu’elle est souvent accompagnée de la 1re que je vous ai présentée lorsque finalement le prix se met à redescendre.

Enfin, à tout ceci s’ajoute le : «  Je vais vendre plus tard, car les prix finissent toujours par remonter ! », manière de voir les choses que je trouve personnellement assez dangereuse, car les dernières années lui auront souvent donné raison, ce qui ne veut pas dire pour autant qu’elle soit bonne.

Dans tous les cas, à mon avis, le problème ne se situe pas autant dans le fait de procéder de cette manière (à chacun ses méthodes…) plutôt que d’ignorer une chose bien connue dans les marchés financiers : la tendance du prix.

Si on s’en tient à sa stricte définition mathématique (Wikipedia) :

 « La tendance correspond à l’orientation constatée pour une série de données sur une certaine période. »

En d’autres mots, appliqué aux prix des grains, on peut dire qu’ils suivent une tendance lorsque leur valeur jour après jour va dans une direction qu’elle soit à la baisse, à la hausse ou encore sans direction précise (neutre). Et la meilleure manière de comprendre et surtout d’observer la tendance, c’est encore de regarder le comportement des prix sur un graphique.

Pour m’expliquer, voici un bref exemple avec ce que nous observons dans le soya présentement :

Ainsi, sur un horizon de quelques semaines seulement, on observe bien évidemment une seule chose, une chute bien évidente de sa valeur depuis le début du mois de septembre. Nul besoin de dire que dans ce cas-ci, la tendance est donc bien entendu à la baisse.

Sur une période de quelques mois, on constate par contre un portrait assez différent. Bien sûr, il reste difficile d’ignorer la tendance à la baisse que nous avions déjà notée dans notre 1er graphique. Par contre, ce qu’il est plus inquiétant de remarquer également, c’est que celle-ci est en train de remettre en question celle à la hausse dont nous avons profité depuis maintenant près de 1 an (la ligne verte que j’ai tracée à partir de décembre 2011).

Enfin, dans notre dernier graphique qui illustre le comportement du prix du soya depuis plusieurs années, on remarque avec un certain « soulagement » qu’on profite encore sur le fond d’une tendance haussière qui a pris forme à partir de 2006 et qui, jusqu’à présent, demeure toujours à l’ordre du jour.

Maintenant, à quoi ça sert de savoir ce qu’est la tendance? C’est quoi le lien avec le fait que d’attendre de « retourner à un prix X » ou de « vouloir que le prix monte de Y de plus » puisse être une erreur?

Un adage bien connu chez les investisseurs dit :

« Ne pas se battre contre la tendance ! »

Autrement dit, si on est à même de bien identifier ce qu’est la tendance, il ne faut pas chercher à se faire de faux espoirs en l’ignorant et en tentant de miser contre elle. Il y a  cependant un bémol à ceci.

Vous avez sans doute remarqué un peu plus haut que je ne me suis pas limité à identifier la tendance sur une seule période, mais bien sur 3 : quelques semaines, quelques mois et quelques années. Pourquoi? Et bien, c’est que tout est une question de période de temps et des objectifs de ventes (ou d’achats) de grains qui nous intéresse.

Si on se fit au 1er graphique par exemple, honnêtement, il sera difficile de parvenir d’ici le temps des Fêtes à vendre à plus de 530-550 $US la tonne. Par contre, si on veut prendre plus de chances et qu’on est moins pressé, le second graphique nous met en garde que c’est « dangereux » mais pas impossible de parvenir à vendre plus cher. Finalement, pour ceux qui sont amateurs du principe que tôt ou tard les prix vont remonter, qui peuvent se permettre d’être très patient et qui aiment jouer plus risqué, et bien effectivement la tendance de fond des dernières années leur donne raison dans le soya. Il est en effet encore possible qu’éventuellement nous brisons de nouveaux records. Mais à moins d’un revirement de situation exceptionnelle, selon notre dernier graphique, il faudra être patient et la partie n’est pas nécessairement gagnée d’avance pour les prochains mois.

L’idée de dire qu’on va finalement vendre (ou acheter) si le prix retourne à X, ou grimpe encore de Y, n’est donc pas mauvaise en soit. Par contre, ce qui l’est c’est qu’on est peut-être bien en train de s’entêter sans le savoir à vouloir vendre ou acheter à tout prix à un certain niveau, alors que pendant ce temps les marchés nous disent clairement qu’ils ne vont pas dans la direction qui nous intéresse.

————-

** Pour ceux qui aimeraient apprendre à correctement être en mesure de tracer des tendances, voici quelques principes de base :

  1. Une tendance à la baisse se caractérise par des creux toujours plus bas alors qu’une tendance à la hausse est formée de sommets toujours plus haut. Sur un graphique, idéalement celui en barres ou en chandelles, il suffit donc de tracer une ligne qui joint les creux ou les sommets.
  2. L’importance d’une tendance est de plus en plus forte avec le nombre de points de prix qui touche à la ligne qu’on trace. Ainsi, une ligne tracée à partir de 2 points est une tendance moins « forte » qu’une ligne tracée à partir de 3… 4… 5… etc. points. Pour plusieurs, le minimum requis de points pour tracer une tendance est de 3.
  3. Le fait que nous puissions tracer 2 lignes parallèles de tendance (une avec des creux et une avec des sommets) nous permet de révéler le « canal de tendance ».

Pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur les tendances, mais aussi d’autres outils de ce qu’on appelle l’analyse technique : Leçons d’analyse technique

L’ITA offre également d’excellents cours à ce sujet :

à propos de l'auteur

Collaborateur

Jean-Philippe Boucher

Jean-Philippe Boucher est agronome, M.B.A., consultant en commercialisation des grains et fondateur du site Internet Grainwiz. De plus, il rédige sa chronique mensuelle Marché des grains dans le magazine Le Bulletin des agriculteurs.

Commentaires