Herbicide, soya et printemps mouillé

Essayer d’appliquer les herbicides cette année ressemble à jouer au chat et à la souris : il a fallu faire vite pour ensemencer et, depuis, réussir à pulvériser avant la pluie relève davantage du coup de dés.

Idéalement, les herbicides auraient été appliqués en présemis ou en prélevée plusieurs jours ou semaines avant, ce qui facilite la lutte aux mauvaises herbes et limite les risques pour la culture. Comme le relève Dekalb dans un document, il arrive parfois que des circonstances créent des situations où les herbicides peuvent endommager le soya. Les conditions environnementales en sont une et peuvent avoir beaucoup d’influence.

On peut entre autres observer un « exemple de l’effet cumulatif du stress et des dommages par les herbicides dans la période du semis et de l’émergence du soya ». La maladie des plantules (comme les infections à Pythium ) peut apparaître dans des conditions de sol frais et humide durant la levée des plants. De telles conditions peuvent réduire le métabolisme des plants ainsi que la tolérance de la culture aux herbicides de prélevée qui appartiennent au groupe des inhibiteurs de la PPO (saflufenacil, flumioxazine, sulfentrazone). L’hypocotyle ou les cotylédons du soya risquent d’être exposés à de fortes concentrations de l’herbicide présent à la surface du sol ou près de la surface ou, en cas de pluie, les plants qui émergent peuvent être éclaboussés d’herbicide » ajoute Dekalb.

La combinaison d’une application d’herbicide immédiatement avant ou après le semis et de conditions de stress peut se traduire par la présence d’une forte concentration d’herbicide à proximité des plantules en émergence et par une augmentation des risques de dommages. Les dommages ne sont pas visibles sur le rendement final.

Les symptômes potentiels associés à divers groupes chimiques utilisés en présemis ou au semis sont résumés ci-dessous:

Inhibiteurs de l’ALS

Sur le plant de soya, les dommages peuvent prendre la forme d’un système racinaire réduit, souvent décrit comme une disposition de « racines en brosse à bouteille ». Parmi les autres symptômes, on note le rabougrissement des plants, la chlorose et la mort des tissus. La coloration violette ou rouge des nervures à la face inférieure des feuilles.

Symptômes causés par les inhibiteurs de l’ALS.
Source Dekalb

Inhibiteurs de l’assemblage des microtubules (groupe 3)

Les dommages aux plants de soya incluent l’atrophie des racines et le gonflement de l’hypocotyle. Les racines qui parviennent à se développer sont courtes et massives. La croissance racinaire entravée peut entraîner le rabougrissement des parties aériennes. Au champ, les plants présentent des symptômes de stress de sécheresse, malgré que l’humidité soit suffisante.

Régulateurs de croissance (groupe 4)

Les symptômes de dommages incluent les feuilles déformées en « cuillères » et crispées3. Il arrive que le soya présente des dommages semblables en l’absence de cet herbicide. Ces symptômes apparaissent généralement au cours de périodes de croissance rapide ou après un épisode de stress causé par un traitement herbicide de postlevée.

Inhibiteurs des pigments (groupes 13 et 27)

Un semis trop près de la surface ou des conditions de stress qui ralentissent le métabolisme des plantules peuvent accroître les risques de dommages. Les plants attaqués blanchissent ou pâlissent nettement à la suite de la destruction de la chlorophylle3. La décoloration peut apparaître dans les nouveaux tissus comme dans les plus âgés.

Inhibiteurs de la PPO (groupe 14)

Les symptômes varient de la moucheture au brunissement et à la mort des feuilles. Dans les cas graves, on peut observer la destruction du point de croissance. Cette situation entraîne la formation de plants courts et buissonnants.

Mouchetures et brunissement des feuilles causés par les inhibiteurs de la PPO.
Source Dekalb

Inhibiteurs de la photosynthèse

Ces produits inhibent la photosynthèse, ce qui entraîne un jaunissement et un brunissement des tissus des bords et de la pointe des feuilles. Les feuilles peuvent jaunir complètement, mais les nervures demeurent généralement assez vertes. Les feuilles du bas ont tendance à être davantage touchées, et les nouvelles peuvent demeurer asymptomatiques. Les symptômes sont plus fréquents dans les sols sableux ou à pH élevé sur lesquels une dose excessive de l’herbicide a été appliquée. Les conditions de croissance défavorables peuvent aggraver les dommages aux plants.

Conjugaison de la coenzyme acétyle A

Les symptômes typiques de dommages dans le soya sont les feuilles recourbées en cuillères ou crispées. La nervure médiane peut être raccourcie, ce qui produit des feuilles d’allure crispée ou en forme de cœur3. Les risques de dommages sont plus grands si du temps frais et humide s’installe immédiatement après la levée.

Dommages causés par un herbicides de conjugaison de la coenzyme acétyle A.
Source: Dekalb

Dans tous les cas, Dekalb recommande de consulter son représentant pour obtenir le meilleur diagnostic.

 

Source: Dekalb

à propos de l'auteur

,

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires