Ligne de temps

Marché des grains: Semaine mouvementée

Un regain vendredi a permis de limiter les pertes pour les principaux grains.

La semaine s’est soldée par des pertes pour les principaux grains à Chicago mais leur recul a été limité par de meilleures perspectives pour le blé.

Depuis le début de la semaine, les nouvelles pesaient contre une reprise. La météo permis de poursuivre les récoltes qui sont en avance pour le maïs même si le soya accuse toujours un retard. Les ventes à l’étranger ont été en-deçà des attentes en raison entre autres du dollar fort. Le soya est pour sa part en perte de vitesse depuis le conflit commercial avec la Chine. Les ventes sont 40% moindres à celles de 2017 à la même période. Un règlement de la dispute entre la Chine et les États-Unis semble loin d’être acquis à court terme. En plus, l’économie chinoise semble être en perte de vitesse depuis plusieurs semaines.

Articles connexes

Le vent a tourné toutefois vendredi avec l’annonce que l’Égypte serait sur le point d’acheter du blé. La nouvelle semble enfin confirmer un retour des ventes pour la céréale américaine, ce que plusieurs attendaient depuis qu’il était avéré que les récoltes de blé russe étaient nettement moindres cette année.

L’Australie a également indiqué qu’elle réduisait ses prévisions quant à la production de blé.

Ces deux nouvelles ont été suffisantes pour tirer vers le haut le blé qui a entrainé à sa suite le soya et le maïs. Le premier avait plongé à son niveau le plus bas en un mois alors que le second transigeait à sa valeur la plus faible des deux dernières semaines.

Le boisseau de blé pour décembre a grimpé de 3,7% vendredi mais a tout de même perdu 1,8% sur une base hebdomadaire. Il a terminé à 5,0525 $US contre 5,1475 $US  vendredi dernier.

Le boisseau de maïs pour décembre a terminé la semaine quasi inchangée à 3,6775 $US comparativement à 3,6700 $US en fin de semaine dernière (+0,2%).

Le boisseau de soya pour novembre a clôturé à 8,4500 $US  contre 8,5675 $US une semaine auparavant pour une perte de 1,4%.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires