Sélectionner les bovins selon leur immunité naturelle

PHOTO : BONNIE MALLARD

PHOTO : BONNIE MALLARD

La professeure Bonnie Mallard de l’Université de Guelph s’intéresse à l’immunité naturelle des bovins pour détecter les animaux ayant une meilleure résistance aux maladies et ainsi lutter contre des maladies importantes, rapporte le site Internet AgInnovationOntario.ca.

Bonnie Mallard a notamment été l’inventrice de la technologie de haute réponse immuniaire (HIR) et de la technologie Immunité+. Cette dernière est notamment utilisée par Semex dans le cadre des programmes de sélection génétique des bovins laitiers. Les méthodes développées par Bonnie Mallard ont été testées, prouvées et brevetées pour leur utilisation chez les bovins laitiers.

Cette fois-ci, Bonnie Mallard veut appliquer les résultats de ses recherches pour lutter contre l’une des maladies causant le plus de dommages chez les bovins de boucherie : le complexe respiratoire bovin (CRB).

Les activités de recherche visent à identifier des animaux ayant une forte réponse immunitaire, puis à les croiser afin de renforcer l’immunité désirée. « L’état de santé général des animaux s’améliorera, mais nous ciblons le CRB, la maladie la plus coûteuse acteullement pour l’industrie bovine canadienne », explique Bonnie Mallard.

PHOTO: BONNIE MALLARD

PHOTO: BONNIE MALLARD

Elle ajoute qu’en ayant un meilleur système immunitaire, les aniamux pourront mieux se prémunir et combattre la maladie, en plus d’améliorer leur réponse aux vaccins, un autre moyen utilisé pour renforcer l’immunité des bovins contre le CRB. En ayant une meilleure immunité, les animaux sont plus heureux et l’utilisation aux antibiotiques diminue.

La chercheure s’attend à ce que la méthode d’évaluation par la technologie HIR soit commercialisée et mise à la disposition des éleveurs de bovins d’ici quelques années. « Cette méthode d’évaluation pourrait être déterminante pour l’amélioration de la santé des troupeaux, dit-elle. Pour les éleveurs de bétail, il s’agit d’un nouvel outil de gestion agriocle et d’élevage qui les aidera à améliorer natuellement la santé et la productivité de leur troupeau. » De plus, en réduisant l’utilisation des antibiotiques, cette technique permettra de produire des aliments pour sains.

Source: Agri Innovation

 

à propos de l'auteur

Agronome et journaliste

Marie-Josée Parent

Marie-Josée Parent couvre les productions laitière, bovine, avicole et porcine au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires