La CCB se lance dans l’emprunt grand-public

Novembre 2003 – La Commission canadienne du blé (CCB) élargit la gamme de ses programmes d’emprunts en lui ajoutant une formule d’emprunt domestique à court terme. Le premier effet de cette programmation se présente sous format d’un Contrat à terme géré (CTG). C’est la première fois que la CCB approche le grand public plutôt que les institutions financières en tant que telles pour assurer ses besoins d’emprunts.

Ces effets sont disponibles auprès des conseillers financiers agréés au Canada et nécessitent une mise de fonds de 2000 dollars minimum. Cette émission de titres prendra fin début avril 2004. Ce véhicule garantit le remboursement du principal à l’investisseur, plus un coupon minimum quand ce véhicule est conservé jusqu’à maturité (échéance: février 2012); l’investisseur se voit également offrir la possibilité de toucher des gains supplémentaires dans le cadre de cette programmation de contrats à terme gérés. Cette programmation devrait générer 150 millions de dollars.

En inaugurant cette nouvelle programmation, la CCB accomplit deux objectifs importants: diversification de sa base d’investisseurs en exploitant de nouvelles couches d’investisseurs et débloquage de fonds supplémentaires pour l’entreprise à des conditions très avantageuses.

La CCB de dispose pas de fonds en propre. L’intégralité du produit des ventes, moins les frais d’opération, est redistribuée annuellement aux producteurs de grain des Prairies. Les producteurs ne disposent pas d’actions dans l’entreprise et la CCB ne retient pas non plus de capitaux d’une année sur l’autre pour financer ses opérations. C’est pourquoi la CCB doit recourir à l’emprunt pour assurer ses activités et payer les producteurs.

La CCB encaisse des revenus à la différence entre les intérêts générés sur les ventes à crédit et les intérêts reversés sur emprunts. Ces revenus d’intérêts créditeurs nets se situent bon an mal an entre 50 et 80 millions de dollars par année de revenus supplémentaires. Ces revenus viennent en sus des comptes aux pools et sont reversés aux producteurs.

Les sommes d’argent empruntées par la CCB lui servent à financer les ventes à crédit, à assurer le financement de ses opérations ainsi que les avances de paiement. Les besoins de la CCB se chiffrent aux alentours de 7 milliards de dollars. Depuis 1988, la CCB a recouru à cinq programmes d’emprunts indépendants. À savoir, emprunts sur les places canadiennes, européennes, américaines ainsi qu’une programmation en euros (à moyen terme) ainsi que le nouveau programme défini ci-dessus.

Pour cette première émission, la CCB a fait appel à la société Tricycle Asset management, société financière spécialisée dans la gestion des contrats à terme. Ces billets ou notes seront commercialisés par les courtiers et conseillers financiers canadiens. Pour plus de renseignements, vous pouvez appeler votre conseiller financier ou bien la société Tricycle Asset management au 1-800-315-5298.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Commission canadienne du blé
http://www.cwb.ca/


Commentaires