L’industrie américaine du lait fait pression sur la gestion de l’offre

La rencontre entre le président Trump et le Premier ministre Justin Trudeau était fort attendue, en raison des inquiétudes causées par la volonté de la nouvelle administration de revoir l’ALENA. Le président Trump a indiqué qu’il ne souhaitait que quelques ajustements, mais le système de la gestion de l’offre risque de se retrouver dans le collimateur.

Les différents groupes de pression de l’industrie du lait aux États-Unis militent en effet activement pour que le système canadien soit revu. Il s’agit du National Milk Producers Federation (NMPF), du U.S. Dairy Export Council (USDEC), du International Dairy Foods Association (IDFA) and du National Association of State Departments of Agriculture (NASDA). Selon le site Bullvine, ils accusent les autorités canadiennes de contourner la loi, ce qui empêcherait les produits du lait en provenance des États-Unis d’être vendus sur le marché canadien.

Ces associations ont pour cible l’Ontario qui a mis en place des mesures pour contrôler l’accès du lait diafiltré américain, contournant les règles mise en place entre les deux pays. L’industrie américaine juge toutefois qu’il s’agit d’une concurrence déloyale qui leur aurait coûté 150 M$US.

Il semblerait que le groupe ait une oreille attentive à la Maison Blanche. Bullvine poursuit en ajoutant que le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a fait une déclaration favorable à la suite d’une rencontre avec la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. «Le ministre Freeland et moi partageons un engagement commun à l’égard des relations entre les États-Unis et le Canada. Nous avons eu une conversation fructueuse sur la façon de renforcer ces liens, notamment en renforçant l’OTAN et en améliorant l’accès aux marchés laitiers. J’apprécie l’amitié et le soutien du ministre Freeland pour notre important partenariat bilatéral. »

Reuters a cité des sources auprès de l’administration canadienne travaillant sur le dossier du commerce bilatéral. Selon cette dernière, une fois les négociations entamées, l’industrie laitière américaine demanderait au Canada de démanteler son système de gestion de l’offre.

La position du Canada dans ses accords sur le commerce des produits laitiers demeure une priorité pour le NMPF, l’USDEC et l’IDFA depuis un an. La semaine dernière, un groupe de 17 sociétés laitières représentant les producteurs laitiers et les transformateurs de tous les États-Unis a demandé aux gouverneurs de 25 états d’inciter les décideurs canadiens à mettre un terme à la mise en œuvre nationale du système de tarification du lait.

Il semblerait d’ailleurs que des juristes doutent que des changements à l’ALENA puissent être faits sans affecter toutes les parties concernées. Des modifications mineures pour le Canada et d’autres importantes pour le Mexique seraient aussi un exercice difficilement applicable, toujours selon Reuters.

Sources: Bullvine, Reuters



Autres articles