10,79 t/ha de soya

En 2010, Kip Cullers a établi une nouvelle marque nord-américaine dans la culture de soya : 160,6 boisseaux à l’acre, ou 10,79 tm à l’hectare. Le producteur du Missouri venait de battre par six boisseaux le record qu’il avait lui-même établi en 2007.

Le producteur du Missouri, Kip Cullers. PHOTO : André Dumont

Mercredi avant-midi, Kip Cullers était à Montréal, à l’invitation de Plant-Prod Québec et de Pionner. Près de 300 agriculteurs et membres de l’industrie ont assisté avec intérêt à sa présentation à la Cage aux sports du Centre Bell. Grand, mince, le geste nerveux, Kip Cullers a épaté l’auditoire avec des photos de soya gorgé de gousses à cinq grains et de plants qui lui arrivent à la hauteur de la poitrine.

Au déjeuner, Kip Cullers avait confié au Bulletin.com que ses systèmes d’irrigation étaient souvent sabotés par des malfaiteurs venus voler le filage électrique pour en revendre le cuivre. À ce jour, les réparations lui ont coûté plus de 100 000 $.

« Je porte un fusil, a-t-il dit d’un ton sérieux. Si je surprends les voleurs, je tire. Si vous croyez que je suis radical, je peux vous faire rencontrer mes voisins. »

Un vrai red neck? À vous de juger. Kip Cullers est avant tout un producteur audacieux, qui dit apprendre beaucoup plus de ses erreurs que de ses succès. Il voyage continuellement, notamment au Brésil, et fait de nombreux essais agronomiques chez lui. Il n’y a aucune limite à ce qu’il peut essayer pour atteindre ses objectifs.

Au cours des dernières années, il s’est entêté à résoudre ce qu’il considère comme un grand frein à ses rendements en soya : ses plants poussent trop haut, ils embarquent les uns par-dessus les autres et cela mine la productivité potentielle des parties les plus basses des plants. Il était persuadé qu’en portant un coup aux feuilles et aux nodules les plus élevés, la productivité du bas des plants serait supérieure.

Pendant six ans, il a essayé différents traitements sans succès, appliquant des herbicides, allant même jusqu’à tailler ses plants comme on le fait avec une haie de cèdre!

En 2010, sur une parcelle près de l’autoroute, il y va d’un traitement choc : un cocktail contenant entre autres une pleine dose de Cobra, appliqué alors que les plants font à peine 15 cm. «Le pire qui puisse arriver, c’est que je les tue», se dit-il. Le lendemain, les plants ont effectivement l’air plutôt morts. En fin de saison, ces mêmes plants donneront 166 boisseaux à l’acre (11,3 tm/ha)!

Conditions différentes
Kip Cullers cultive dans des conditions bien différentes des nôtres. L’été, la température atteint régulièrement 35 degrés C, dépassant souvent les 40 degrés C. Quinze pour cent de ses terres sont irriguées, dont celles qu’il utilise pour les concours et les essais.

Il cultive du soya sur 850 acres et du maïs sur 12 000 acres. Certains de ses champs sont en maïs sur maïs depuis 15 ans. La récolte de maïs débute en août, parfois même avant celle de soya. En fin de récolte, le grain est si sec qu’il en perd une partie significative au battage. Pour éliminer les résidus, il les asperge de sucre dès le lendemain de la récolte. Puisqu’il y a peu de gel durant l’hiver, les bactéries ont amplement le temps de dégrader les résidus avant les semis.

Pour atteindre de hauts rendements dans le soya, il ne lésine pas sur les traitements de semence et la fertilisation azotée aux semis. La plante doit développer un système racinaire agressif dès le début, insiste-t-il.

Pendant sa présentation, la neige tombait à l’extérieur du Centre Bell. Kip Cullers avait néanmoins des messages très pertinents pour les producteurs québécois. Invitez les semenciers à tester leurs variétés chez vous, a-t-il dit. « Les hybrides restent sur le marché trois au quatre ans et la première année, la semence est rare. Vous voulez en avoir avant vos voisins! »

Kip Cullers invite surtout les producteurs à penser autrement. « 90 % de mes idées folles mènent à des échecs retentissants. Mais certaines d’entre elles fonctionnent à merveille. Pour 2012, faites quelque chose que vous n’avez pas fait en 2011. »

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires