Bioalimentaire : une excellente performance sur le plan de l’emploi et des exportations pour l’année 2001

Québec (Québec), 21 janvier 2002 – En 2001, l’industrie bioalimentaire québécoise a fait preuve de dynamisme pour l’ensemble des secteurs, particulièrement en ce qui concerne le niveau des emplois et des exportations. C’est ce que révèle L’activité bioalimentaire au Québec – bilan préliminaire 2001, document publié par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, à partir des données disponibles pour les neuf premiers mois de l’année.

Croissance de l’emploi

Alors que l’économie en général connaissait une croissance de l’emploi de 1 %, l’industrie bioalimentaire réaffirmait sa vigueur avec une hausse de 14 000 emplois, soit une augmentation de 3,4 % par rapport à l’année 2000. À eux seuls, les secteurs de la restauration et des magasins d’alimentation ont été responsables de plus de 13 300 emplois créés en 2001.

Rappelons également que le secteur de la transformation alimentaire demeure nettement le premier employeur du secteur manufacturier québécois avec 10 % de l’ensemble des emplois en usine au Québec.

Augmentation des exportations

Les exportations ont également largement contribué au bilan positif de l’activité bioalimentaire. La valeur des exportations atteint 3,4 milliards de dollars, soit une hausse de 16,8 % par rapport à l’année 2000. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis 1997. La croissance des exportations bioalimentaires s’explique entre autres par une hausse importante de la demande des produits du porc (33 %), des produits laitiers (14,3 %), des préparations alimentaires (13,3 %), des sucreries (12,1 %) et des fruits et légumes (11,4 %).

Hausse de la valeur des livraisons dans les secteurs de la transformation alimentaire

Plusieurs secteurs de la transformation alimentaire ont enregistré des hausses importantes de la valeur de leurs ventes. D’une façon générale, le secteur de la transformation alimentaire a vu la valeur de ses livraisons s’accroître de 5,7 %, grâce, notamment, à des augmentations dans le secteur des viandes et de l’alimentation animale.

Augmentation des recettes monétaires

La plupart des grands secteurs de la production agricole québécoise ont également enregistré une augmentation des revenus de la vente de leurs produits en 2001. Les recettes monétaires agricoles se sont élevées à près de 5,6 milliards de dollars, ce qui constitue une augmentation de 3,6 % par rapport à l’année 2000. Cette augmentation s’explique par une forte croissance des recettes du secteur du bétail (5,6 %).

Les investissements – un niveau comparable aux deux dernières années

Au chapitre des investissements au Québec, l’ensemble de l’industrie bioalimentaire a connu des intentions d’immobilisations totalisant 1,6 milliard de dollars. Ce niveau est comparable à celui des deux dernières années.

Si les immobilisations sont demeurées stables dans le secteur agricole et des pêches, ou en baisse dans le secteur de la transformation alimentaire, elles ont connu une forte hausse pour le secteur du commerce de gros et de détail.

Somme toute, malgré la faiblesse de l’économie nord-américaine en 2001, l’industrie bioalimentaire québécoise a connu une excellente performance.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires