Changement climatique: les conséquences région par région

Genève (Suisse), 19 février 2001 – Le changement climatique augmentera à la fois les inondations et les pénuries d’eau, diminuera les rendements agricoles et aggravera la situation sanitaire au 21ème siècle, selon l’IPCC, un groupe de scientifiques chargés par l’ONU d’étudier le réchauffement planétaire.

Asie: ce qui attend ce continent, qui aura beaucoup de mal à s’adapter, ce sont des températures en hausse, l’alternance de sécheresse et d’inondations, d’où une dégradation des sols qui diminuera la sécurité alimentaire. Les cyclones, de plus en plus puissants, ainsi que la hausse du niveau des mers risqueront de faire des dizaines de millions de déplacés dans les zones côtières de l’Asie tempérée et tropicale

Australie et Nouvelle-Zélande: panorama plus contrasté. Dans un premier temps, l’impact sur certaines cultures pourrait s’avérer positif, mais devenir ensuite catastrophique: la plus grande partie de la région devrait devenir plus sèche, avec dans le même temps une augmentation des pluies torrentielles et des cyclones, avec leurs conséquences, inondations et dégâts

Europe: touché par de violentes vagues de chaleur, le Sud souffrira plus de la sécheresse et la productivité agricole diminuera. Le reste de l’Europe sera de plus en plus soumis aux aléas des inondations. La moitié des glaciers des Alpes risque d’avoir fondu d’ici la fin du XXIe siècle. La chaleur risque de modifier la carte touristique du Vieux continent

Afrique: continent qui risque de pâtir le plus du réchauffement climatique, frein supplémentaire à son développement, l’Afrique est encore plus menacée par le manque d’eau et la désertification, notamment dans le sud, le nord et l’ouest du continent. Les régions côtières du Nigeria, du Sénégal, de Gambie, d’Egypte et de la côte orientale, notamment, seront frappées par la montée des eaux de la mer et l’érosion côtière. Alors que les récoltes se raréfier augmenteront

Amérique latine: inondations et sécheresse s’y feront également plus fréquentes, augmentant les maladies comme la malaria ou le choléra. L’agriculture de subsistance dans le Nordeste brésilien est menacée.

En Amérique du Nord, les régions des grandes plaines américaines et canadiennes pourraient pâtir d’un réchauffement plus modeste qu’ailleurs, alors que la Floride et les côtes atlantiques pourraient être frappées par de violentes tempêtes. Des maladies comme le paludisme et la fièvre dengue pourraient s’étendre

Les zones polaires risquent d’être les plus touchées de la planète et les effets du réchauffement se feront sentir bien après la stabilisation des concentrations de gaz à effet de serre, avec des conséquences irréversibles sur les calottes glaciaires et les océans en général. Déjà, la couche de glace de la mer Arctique est plus fine, ainsi que le permafrost, affectant les espèces polaires.

Les petits Etats insulaires souffriront également des conséquences d’une hausse du niveau des océans, estimée à cinq millimètres par an pendant les cent prochaines années: perte de terres, érosion côtière, destruction des récifs de corail et des réserves pélagiques, dislocation des populations…

Source : AP

Commentaires