Consultation publique sur le Code de pratiques recommandées pour les bovins laitiers

Ottawa (Ontario), 14 janvier 2009 – Une version préliminaire du Code de pratiques recommandées pour le soin et la manipulation des bovins laitiers a été soumise à la consultation publique. Le projet de Code laitier a été élaboré dans le cadre d’un nouveau processus d’élaboration des codes de pratiques piloté par le Conseil national pour le soin des animaux d’élevage (CNSAE).

Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) se sont avancés en 2006 pourmettre à jour la version précédente de leur Code de pratiques pour les bovinslaitiers (1990) en appliquant le nouveau processus du CNSAE pour l’élaborationdes codes. Par l’intermédiaire de son Programme pour l’avancement du secteurcanadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire (PASCAA), Agriculture etAgroalimentaire Canada a assuré le financement nécessaire à l’élaboration dunouveau Code laitier, qui sert de projet pilote du nouveau processus du CSNAEpour l’élaboration des codes de pratiques.

On peut voir et commenter le projet de Code laitier dans le site Web duCNSAE (www.nfacc.ca) jusqu’au 13 février 2009. Tout le monde est invité àprésenter ses observations, comme l’explique le site Web du CNSAE. La versionfinale du Code de pratiques recommandées pour le soin et la manipulation desbovins laitiers sera prête pour le 31 mars 2009.

Michael Hall, président du Comité de l’élaboration du code de pratiquespour les bovins laitiers et lui-même producteur laitier, explique :« L’utilisateur final primaire et l’auditoire visé pour le Code laitier estl’agriculteur. Mais les codes doivent refléter des normes acceptables pourl’ensemble de la société. Les producteurs laitiers se sont engagés à adopterdes pratiques de soin des animaux qui ont de solides fondements scientifiques.Elles sont reflétées dans le projet de Code laitier. »

« Je félicite les producteurs laitiers d’être les premiers à mettre à jourleur code de pratiques en fonction du nouveau processus du CNSAE pourl’élaboration des codes », a déclaré Geoff Urton de la Société pour laprévention de la cruauté aux animaux de la Colombie-Britannique, quireprésente la Fédération des sociétés canadiennes d’assistance aux animaux ausein du Comité d’élaboration du Code laitier. « Cette expérience a vraimentdémontré ce qu’il est possible d’accomplir lorsque les participants seconsacrent à un processus d’élaboration des codes qui utilise les meilleuresdonnées scientifiques qui soient. »

Historique des codes de pratiques

C’est en 1980 que le Canada a lancé l’élaboration des codes de pratiquespour le soin et la manutention des animaux d’élevage. Depuis lors, il s’estdonné des codes de pratiques pour à peu près toutes les espèces d’animauxd’élevage au Canada. Le site Web du CNSAE donne accès aux codes déjàdisponibles (www.nfacc.ca/code.aspx).

« Au moment de la création du CNSAE en 2005, l’un de ses principauxobjectifs était la mise en oeuvre du processus d’élaboration des codes. Unevaste consultation a débouché sur un consensus pour aller de l’avant avecl’élaboration des codes sous les auspices du CNSAE, et un nouveau processusd’élaboration des codes a été établi », dit Edouard Asnong, président du CNSAEet producteur de porc du Québec.

Les directives et normes sur le soin des animaux devraient tirer partides meilleurs résultats de recherche scientifique qui soit. En relançant unprocessus d’élaboration des codes de pratiques, le CNSAE a reconnu lanécessité d’un moyen plus formel d’intégrer la recherche scientifique dans leprocessus. Un Comité de spécialistes scientifiques s’est vu confier le soind’étudier les questions prioritaires de bien-être des animaux pour fournir desrenseignements utiles au Comité d’élaboration des codes pour la création et larévision d’un code de pratiques.

L’avenir des codes de pratiques

Le nouveau processus du CNSAE pour l’élaboration des codes de pratiques :

  • Etablit des liens plus clairs entre la science et les recommandations des codes
  • Articule clairement les principes et les critères pour l’élaboration des codes
  • Accroît la transparence du processus d’élaboration des codes
  • Fait une distinction plus claire entre les exigences pour le soin et les pratiques optimales recommandées.

En outre, le nouveau processus jouera un rôle important dans :

  • La sensibilisation des producteurs aux bonnes pratiques de soin des animaux
  • La communication des normes de l’industrie aux intervenants d’aval qui ont besoin de ces renseignements
  • La formation de la justification et du fondement pour les programmes de vérification à la ferme élaborés par l’industrie
  • La démonstration à faire à nos partenaires commerciaux que le Canada a un processus pour recenser, communiquer et assurer de saines pratiques de soin des animaux d’élevage.

Les secteurs canadiens des animaux d’élevage reconnaissent la valeur descodes de pratiques. Plusieurs secteurs ont exprimé le désir de mettre leurcode à jour selon le nouveau processus du CNSAE pour l’élaboration des codes.

Le Conseil national pour le soin des animaux d’élevage est un organismeagissant sous l’impulsion de ses membres, dont la mission est de constituerune tribune de discussion pour le soin des animaux d’élevage au Canada, decréer et de maintenir une approche normative de l’élaboration des codes depratiques recommandées et d’autres outils de soin des animaux, et decoordonner le partage d’information entre les gouvernements, les industries del’agriculture et les autres intervenants.

Les PLC sont un organisme national de marketing, de politique et de lobbyreprésentant les agriculteurs vivant de plus de 13 000 fermes. Les PLCtravaillent à créer des conditions favorables pour l’industrie laitièrecanadienne en préconisant des politiques qui favorisent la viabilité desfermes laitières canadiennes et font la promotion des produits laitiers et deleurs bienfaits pour la santé.

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) est heureux de participer àce projet. AAC est engagé à travailler avec nos partenaires de l’industrie àsensibiliser le public à l’importance de l’agriculture et de l’agroalimentairepour le Canada. Les opinions exprimées dans ce document sont celles du Conseilnational pour le soin des animaux d’élevage et pas nécessairement cellesd’AAC.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada
http://Aceis.AGR.CA/

Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC)
http://www.agr.gc.ca

Producteurs laitiers du Canada (PLC)
http://www.bureaulaitier.org/

Commentaires