Consultation sur des éléments du régime forestier québécois

Québec (Québec), 4 avril 2002 – Le ministre des Ressources naturelles du Québec, François Gendron, a annoncé le lancement des consultations publiques sur la délimitation des unités d’aménagement forestier et du tracé de la limite nord des attributions commerciales de bois.

« Cette consultation publique nous permettra de fixer les modalités
d’application de deux mesures importantes de la récente révision du régime

forestier adopté en mai 2001 », a souligné le ministre Gendron. « Le résultat de
ce processus jouera donc un rôle important dans l’avenir de la gestion des
forêts québécoises et dans la réalisation de nos objectifs de développement
durable. »

Par le passé, les limites des territoires d’aménagement forestier ont été
fréquemment modifiées. Il est donc fondamental que ces limites soient
stabilisées pour améliorer la gestion des forêts notamment, les suivis et
contrôles forestiers. Les propositions déposées par le ministre tentent de
concilier différents critères de délimitation (biophysiques, écologiques,
historiques, forestiers, sociaux) pour en arriver au meilleur résultat
possible.

Le découpage territorial proposé se traduit par la création de 78 unités
d’aménagement forestier dont 15 sont localisées sur le territoire couvert par

l’entente conclue avec les Cris de la Baie-James en février 2002. Ces unités
d’aménagement serviront d’assises à la planification forestière. On y
déterminera les prélèvements admissibles de bois (possibilité forestière à
rendement soutenu), les objectifs de protection et de mise en valeur puis les
travaux d’aménagement et de récolte.

Au cours des dernières années, les opérations forestières se sont
intensifiées au nord de la forêt boréale. Or, certaines forêts nordiques ne
sont pas propices à un aménagement commercial alors que d’autres le sont. Une
limite nord des attributions commerciales de bois est donc proposée qui tient
compte des spécificités des milieux nordiques (conditions de croissance des
arbres, relief, climat, sol, etc.).

Les consultations portent à la fois sur les délimitations proposées et

sur le choix des critères qui ont été appliqués par le ministre pour diviser
le territoire forestier et pour fixer la limite nord. Ouvertes à toutes les
personnes ou organismes désirant y participer, les consultations publiques se
dérouleront jusqu’en juin prochain, afin de permettre la mise en place des
mesures le 1er septembre 2002, conformément aux dispositions de la loi. Elles
se dérouleront selon les principes récemment mis de l’avant dans un projet de
« Politique de consultation sur les orientations du Québec en matière de
gestion et de mise en valeur du milieu forestier » publié à l’automne 2001.
Ainsi, le Ministère consultera directement les communautés autochtones et les
organismes nationaux concernés, tout en ayant recours aux conseils régionaux
de développement pour tenir des consultations dans toutes les régions
concernées. Les conseils régionaux et directions régionales du ministère
diffuseront la documentation préparée auprès des clientèles. D’ici le 12
avril, la documentation sera entièrement disponible sur le site Internet du
ministère.

« La consultation et la participation du public, et en particulier celle
des communautés concernées, sont des éléments essentiels du nouveau régime
forestier adopté en mai 2001. J’invite donc toutes les personnes intéressées
par la forêt à participer à cette ronde de consultations et à m’informer de
leurs préoccupations pour que je puisse en tenir compte dans le meilleur
intérêt public » a conclu le ministre Gendron.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère des Ressources Naturelles du Québec

http://www.mrn.gouv.qc.ca/

Commentaires