Crevettes du Nord : Québec réclame 3000 tonnes

Québec, le 9 mai 2000 – Dans le cadre de la séance de défense des crédits devant la Commission parlementaire de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, monsieur Rémy Trudel était heureux de présenter les grandes lignes de son budget 2000-2001 pour le secteur des pêches et de l’aquaculture commerciales.







Monsieur Trudel entrevoit l’avenir du secteur des pêches et de l’aquaculture avec optimisme, considérant le riche potentiel d’exploitation et de valorisation que révèle ce secteur.


On se rappelle que le ministre d’État à l’Économie et aux Finances, monsieur Bernard Landry, avait confirmé en mars dernier des crédits de 18,7 millions de dollars, dont 11,2 millions en aide directe à la clientèle, ce qui représente une hausse de 50 % par rapport à 1998-1999.

Monsieur Trudel a insisté sur la volonté du gouvernement de soutenir les projets qui cadrent avec son plan de développement stratégique. Ce plan vise à assurer la viabilité et à soutenir les initiatives structurantes des entreprises de pêche et de transformation, à favoriser le développement de l’aquaculture, à améliorer la mise en marché des produits québécois et à promouvoir les intérêts du Québec sur la scène nationale et internationale. Ce budget aura donc des retombées importantes pour les régions maritimes.

Le ministre a également rappelé que l’industrie du Québec dépend grandement des décisions du gouvernement fédéral en matière d’allocation de ressources. D’ailleurs, les représentants des principales associations se sont joints au ministre pour adresser une demande concertée au gouvernement fédéral afin qu’un contingent supplémentaire de 3000 tonnes de crevettes du Nord soit alloué aux pêcheurs québécois. Monsieur Trudel s’est fait le porte-parole de ses partenaires pour réclamer du ministre Dhaliwal, qui doit annoncer sous peu les allocations de crevettes du Nord pour la prochaine saison de pêche, qu’il accueille favorablement les revendications légitimes du Québec.

Il a aussi souligné que les plans de pêche ainsi que les modalités de capture pour la pêche compétitive de la morue dans le golfe du Saint-Laurent, ont pénalisé directement les pêcheurs québécois l’an dernier, ce qui est à la fois inéquitable et inacceptable pour le Québec. « J’espère que le ministre fédéral a bien compris ce message et qu’il en tiendra compte cette année », a précisé le ministre.

Monsieur Trudel entrevoit l’avenir du secteur des pêches et de l’aquaculture avec optimisme, considérant le riche potentiel d’exploitation et de valorisation que révèle ce secteur. « Je veux, avec l’aide de nos partenaires, orienter résolument le secteur des pêches et de l’aquiculture vers la croissance. » Outre ce budget accru, le ministre considère que la mise en place de tous les éléments propices à ce virage sera accélérée par l’annonce prochaine de la Politique québécoise des pêches et de l’aquaculture.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Commentaires