Discussions bilatérales avec le ministre des Pêches et des Océans

Québec (Québec), 22 septembre 2003 – À la suite d’une rencontre avec M. Robert G. Thibault, ministre fédéral des Pêches et des Océans, qui s’est tenue à Ottawa, la ministre de l’Agriculture, des Pêcheries, et de l’Alimentation du Québec, Mme Françoise Gauthier, croit que le gouvernement fédéral a entendu les demandes des pêcheurs québécois et qu’il est prêt à déployer, conjointement avec le Québec, des efforts pour redresser la situation de l’industrie des pêches et de l’aquaculture au Québec.

La ministre Gauthier a fait part au ministre Thibault des revendications spécifiques de l’industrie québécoise des pêches et de l’aquaculture. Parmi celles-ci, elle a rappelé les préoccupations relatives à l’annonce tardive des plans de pêche et à une meilleure implication des provinces et de l’industrie dans la gestion des pêches. « J’insiste pour que les opinions et positions exprimées par les provinces et les pêcheurs soient non seulement prises en considération, mais également respectées », a précisé Mme Gauthier.

Au cours des discussions, la ministre Gauthier a rappelé au ministre fédéral les nombreux obstacles auxquels se heurte l’industrie. Parmi ses préoccupations, notons la question du loup marin, pour lequel le Québec revendique un quota afin de soutenir la Basse-Côte-Nord en plus de souhaiter que le fédéral poursuive les négociations avec les États-Unis dans le but d’abolir l’embargo sur l’importation de cette espèce. Les deux ministres se sont entretenus sur les allocations de la crevette nordique pour lesquelles les critères de sélection doivent tenir compte de la viabilité économique de cette industrie et du respect des parts historiques du Québec. En ce qui concerne le flétan de Groenland, Mme Gauthier a eu l’assurance de M. Thibault qu’il prendra les mesures nécessaires pour qu’il n’y ait plus de dépassement de contingents de pêche et a en plus obtenu que les quotas individuels alloués aux pêcheurs québécois soient pêchés au printemps prochain selon la formule souhaitée. Enfin, les deux ministres ont échangé sur les nécessaires mesures de diversification de l’industrie par suite du moratoire sur la morue et de la fermeture de zones pour le crabe des neiges.

La ministre Gauthier a convenu avec M. Thibault d’assurer un suivi de ces échanges afin d’être en mesure d’en évaluer les progrès.

Un comité fédéral-provincial pour la morue
Le moratoire sur la morue compte parmi les sujets les plus préoccupants pour la ministre et, à cet égard, elle a proposé à son homologue fédéral la création d’un comité fédéral-provincial sur la morue. La première phase des travaux visera à déterminer la gamme de mesures à prendre de même que le processus et l’échéancier de mise en application du plan d’action sur la morue. Cette phase, à laquelle participera l’industrie, permettra à tous les intervenants de faire le même constat. Comme cette problématique affecte toutes les provinces de l’Atlantique et que, par surcroît, il s’agit d’une espèce migratrice, M. Thibault a accepté de travailler à la structuration de ce groupe qui aura le mandat d’établir un plan de rétablissement de la morue. Le groupe se penchera sur tous les éléments relatifs à la reconstitution des stocks, notamment les recommandations du CCRH, les écosystèmes marins et les approches scientifiques.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.agr.gouv.qc.ca/

Pêches et Océans Canada
http://www.dfo-mpo.gc.ca/

Commentaires