Ligne de temps

Grains noirs sur le maïs

Après la verse et la pourriture des tiges, les producteurs ont remarqué un autre phénomène se répandre dans les champs de maïs depuis le gel de septembre dernier. Les conditions environnementales ont en effet eu pour conséquence de favoriser l’apparition de grains noirs généralement attribuable à un champignon appelé Cladosporium.

Ce champignon se développe principalement sur des grains endommagés par les insectes ou les oiseaux, ou encore la grêle et le gel. Quand un grain contenant beaucoup d’humidité gèle, des micro-fractures apparaissent et laissent échapper de l’amidon. Ce dernier sert de nourriture à Cladosporium. Les premiers symptômes auront l’apparence d’une poudre blanche qui deviendra des stries verdâtres sur l’épi. Plus la couleur est foncée, plus le développement est avancé

Le champignon ne produit pas toutefois de mycotoxines et ne conduit généralement pas à des pertes significatives de rendement. La prolifération cesse à partir du moment qu’il est privé d’eau. Le séchage du grain à un taux d’humidité normal pour la conservation devrait donc mettre fin à son développement qui va par contre se poursuivre à basse

Stéphane Myre de Dekalb propose de prendre les devants pour lutter contre Cladosporium. Puisque les agents pathogènes responsables de la pourriture du maïs demeurent présents plusieurs années dans un champ, il est important de faire un dépistage et repérer les champs atteints. L’Agronome suggère plusieurs moyens pour contrer les champignons
.la rotation des cultures
.le travail au sol en profondeur
.l’utilisation d’hybrides plus résistants aux insectes
.une bonne fertilisation

Il sera d’autant plus important de sécher et d’entreposer le maïs dans de bonnes conditions. Stéphane Myre recommande de récolter le maïs tôt en cas de verse des épis pour éviter la pourriture, ou à un taux d’humidité de 22-25%. La batteuse devra être bien réglée pour éviter d’abimer les grains et maximiser le nettoyage. Le grain devrait ensuite être séché jusqu’à 13-14% d’humidité. Il sera ensuite conservé au frais entre 2 et 7 degrés Celsius. On doit aussi veiller à la température du grain pour éviter des poches de chaleur et dépister la trace d’insectes, le tout en appliquant les traitements antifongiques.

 

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires