Guide des ravageurs de sol à consulter en début de croissance des cultures

En ce début de saison, le CEROM et la Stratégie phytosanitaire québécoise attirent l’attention sur leur guide des ravageurs du sol en grandes cultures, conçu en 2013 et réédité l’an dernier. Malgré ses deux ans d’existence, il demeure tout aussi pertinent pour détecter les insectes et autres parasites nuisibles pour les plants en cette période de croissance.

Le guide est d’autant plus intéressant que l’une des auteures, Geneviève Labrie, offrira des formations gratuites dans sept régions du Québec dès la fin mai en s’inspirant directement du guide. “Ce seront des ateliers très pratiques avec des insectes vivants et morts, des plants à différents stades de croissance et une démonstration sur la manière de construire des pièges”, explique la chercheure.

Le guide vise à diffuser de l’information afin d’améliorer les connaissances sur les ravageurs, mais aussi la lutte intégrée aux ravageurs qui est encore trop méconnue de la part des producteurs. “La plupart pratiquent une forme de lutte intégrée mais sans compléter toutes les étapes. Il y a encore beaucoup d’éducation et de méconnaissance sur le sujet”.

La réalisation du guide visait d’ailleurs à combler un vide dans le corpus francophone, adapté pour les conditions de cultures au Québec. “Plusieurs croient qu’il est préférable de faire de la prévention en utilisant des semences traités mais on instaure à la place une accoutumance qui est tout aussi dommageable (…) Par exemple,  il a été prouvé qu’il n’y avait pas de gain de rentabilité pour le soya traité en prévention”.

La chercheure ajoute que la période actuelle est la meilleure pour faire de la détection dans le maïs. Il est facile d’observer si les plantules sont affectés par un ravageur qui sera situé bien souvent juste en dessous du plant.

Mme Labrie anticipe toutefois que les maladies ou les insectes ne seront pas la plus grande menace cette année mais plutôt les variation de température. Le froid qui a suivi les semis a nuit à la croissance du plantule qui peine à se former après avoir été atteint par une chute des températures.

Les auteures Geneviève Labrie du Centre de recherche sur les grains inc. (CÉROM) Louise Voynaud, entomologiste consultante, indiquent que la presque totalité des superficies consacrées au maïs et au soya au Québec sont traités aux néonicotinoïdes. Les sondages par le Réseau d’avertissements phytosanitaires révèlent toutefois que certains insectes de sol considérés comme nuisibles ne justifient pas l’utilisation de semences traitées. Les auteures considèrent que bien qu’étant une pratique qui peut être efficace et pratique, elle n’est pas pour autant rentable ou sans danger pour la santé et l’environnement. Elles préconisent plutôt un usage restreint afin de limiter les pesticides à des cas d’absolu nécessité.

Le guide propose d’identifier d’abord les principaux organismes s’attaquant aux grandes cultures au début de saison de croissance en proposant plusieurs types de piège faciles à installer dans le champ. Chaque ravageur possède une fiche d’identification qui permet ensuite de prendre connaissance des cultures visées, des types de dommages, du cycle vital du ravageur, des conditions favorables à sa présence, des ennemis naturels, des méthodes de dépistage, des seuils d’intervention ainsi que des stratégies possibles de lutte préventives et curatives.

Des tableaux diagnostiques à la fin du guide permettent d’identifier rapidement les ravageurs potentiels en fonction du type de culture visé et des symptômes observés. Ces tableaux résument l’information des fiches de façon à faciliter l’identification et la consultation. Un calendrier de dépistage est également disponible afin d’aider à la planification, en plus d’informations sur les ennemis naturels ainsi que sur les pollinisateurs.

Pour accéder au Guide des ravageurs du sol en grandes cultures en ligne, ou encore aux dates de formation du CEROM sur les ravageurs de sol.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires