Hervé Gaymard suspend des insecticides agricoles à base de fipronil

Paris (France), 23 février 2004 – Le ministre de l’Agriculture, Hervé Gaymard, a annoncé sa décision de suspendre l’autorisation de commercialisation des spécialités à base de Fipronil, notamment l’insecticide Regent TS fabriqué par BASF Agro, soupçonné de provoquer une surmortalité chez les abeilles.

Les agriculteurs sont cependant autorisés à utiliser les semences traitées dont ils disposent pour les semis de printemps, a précisé M. Gaymard au cours d’une conférence de presse.

Cette suspension s’appliquera jusqu’à ce que l’autorité européenne de sécurité des aliments prenne position, a-t-il ajouté.

Cette décision entraîne l’interdiction à la fois de la commercialisation et de l’utilisation en France des spécialités à base de fipronil, a précisé le ministre, « mais reste autorisé l’usage des stocks existants pour les semis de printemps » compte tenu des motifs de la suspension qui découle de l’avis rendu par la Commission d’étude de la toxicité (Comtox).

Le ministre a également décidé d’engager une procédure contradictoire pour examiner l’autorisation d’utilisation de l’insecticide Gaucho, fabriqué par Bayer, pour une éventuelle suspension de ce produit. La Comtox devra rendre un avis « sous un mois ».

La société Bayer CropScience France, qui produit le Gaucho, a indiqué dans la soirée qu’elle prenait acte, tout en s’en étonnant, de la décision du ministre concernant son insecticide.

Elle a ainsi rappelé dans un communiqué, « d’une part, que le Gaucho a été ré-évalué en 2002 et que son homologation a été renouvelée pour une période de 10 ans, et d’autre part, qu’en 2003, sur la base des avis respectifs de la Comtox et du Comité d’homologation, le ministre de l’Agriculture a lui même maintenu cette homologation ».

M. Gaymard a aussi décidé de saisir l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) et l’Agence de sécurité sanitaire pour l’environnement pour lever les incertitudes sur certains avis d’experts paraissant contredire la Comtox sur le risque pour la santé humaine.

Une semaine après la mise en examen de BASF Agro, actuel propriétaire du Régent TS, la société Bayer CropScience France, propriétaire de juin 2002 à mars 2003 de l’insecticide, et son directeur général ont à leur tour été mis en examen lundi par un juge d’instruction de Saint-Gaudens.

Le 9 février, le ministère de l’Agriculture avait engagé une procédure de mise en demeure du fabricant du Fipronil et des utilisateurs concernés, en vue d’une prochaine restriction d’usage, d’une suspension ou même d’un retrait.

Lundi à Saint-Gaudens, la société Bayer CropScience France et son directeur général Franck Garnier ont été mis en examen par le juge Jean Guary, saisi du dossier depuis 2002 à la suite d’une information judiciaire ouverte par le parquet de Saint-Gaudens.

La convocation de M. Garnier faisait suite à de premières mises en examen, le 17 février, de l’entreprise BASF Agro, productrice actuelle du Régent TS, et de son PDG, Emmanuel Butstraen, notamment pour « mise en vente de produits agricoles toxiques nuisibles à la santé de l’homme ou de l’animal ». Le juge avait assorti sa décision d’une interdiction de commercialisation de l’insecticide, une mesure contre laquelle BASF Agro a fait appel.

Au cours des derniers mois plusieurs experts ont estimé, dans des rapports remis au magistrat ou lors d’auditions, que la molécule active du Régent TS pouvait présenter un danger pour les abeilles et pour la santé humaine. BASF Agro a toujours nié une telle dangerosité.

« Rien à ce jour ne prouve une toxicité quelconque de ce produit », a pour sa part estimé Me Baratelli. « Ce ne sont pas quelques vérités assénées par quelques apiculteurs qui sont une vérité scientifique ou une vérité judiciaire ».

« Nous avons considéré que dès lors que l’administration donnait toute autorisation sur ce produit, il pouvait parfaitement être commercialisé, ce qui a été le cas, et pendant 9 mois seulement, nous le répétons », a ajouté l’avocat.

« La dangerosité du produit sur l’homme n’a jamais été avérée. Au contraire toutes les études toxicologiques qui ont été faites sur ce produit ont montré qu’il y avait une totale inocuité pour l’homme », a pour sa part affirmé M. Garnier.

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

BASF
http://www.basf.com/

Bayer
http://www.bayer.com/

Commentaires