Hormones dans la nourriture pour bétail dans onze pays de l’UE

Amsterdam (Pays-Bas), 17 juillet 2002 – Ce n’est plus par centaines, mais par milliers qu’il faut désormais chiffrer le nombre de fermes européennes ayant reçu de la nourriture pour animaux contenant une hormone de croissance interdite (MPA), a indiqué le ministère néerlandais de l’Agriculture.

Ce nouveau scandale alimentaire a éclaté à la fin du mois dernier aux Pays-Bas, le troisième exportateur mondial de porcs, où l’hormone interdite a été découverte dans les aliments de trois exploitations. Depuis, il est apparu que 11 des 15 pays membres de l’Union étaient affectés, selon des responsables européens.

« Je pense que nous sommes proches de la fin désormais, mais on n’est jamais sûr d’avoir fait le tour du problème », a déclaré à Reuters le ministre néerlandais de l’Agriculture Gerard Westerhof.

Il a ajouté que le nombre d’exploitations affectées avait été fortement revu à la hausse mardi, lorsque les autorités ont découvert que les substances contaminées avaient été utilisées par 73 fabricants de nourriture pour animaux, qui ont fourni la moitié des producteurs de porcs néerlandais, soit 7000 exploitations.

La semaine dernière, les autorités néerlandaises avançaient le chiffre de 355 exploitations contaminées et avaient assuré à l’Union européenne que la situation était maîtrisée.

A Bruxelles, le comité vétérinaire permanent de l’UE s’est réuni mardi après-midi pour déterminer la gravité de cette contamination à la MPA.

L’usage de cette hormone de croissance – qui peut être la cause de problèmes de stérilité chez l’être humain – est interdite dans l’industrie alimentaire par l’Union européenne. Il est en revanche autorisé aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les Pays-Bas, l’Allemagne et la Belgique sont les plus touchés alors que la Suède, le Danemark et la France n’ont été que légèrement affectés.

La contamination provient de déchets d’une entreprise pharmaceutique irlandaise propriété du laboratoire américain Wyeth, ont fait savoir la semaine dernière les autorités irlandaises.

Importation de déchets irlandais
Les déchets ont été transférés dans une usine belge de retraitement aujourd’hui en faillite, Bioland, qui a son tour a fourni du sirop de glucose comme matière première à des fabricants néerlandais de nourriture pour bétail.

Des éleveurs et des fabricants de nourriture pour bétail ont annoncé lundi leur intention de porter plainte contre Wyesh et contre l’entreprise irlandaise de collecte de déchets Cara Environmental Technology Ltd.

L’usine irlandaise de Wyesh s’est refusée à tout commentaire, tandis que Cara affirmait que rien ne motive une procédure à son encontre.

Westerhof a souligné que la grande majorité des exploitations néerlandaises avaient reçu de la nourriture contenant une très faible concentration de MPA et que jusqu’ici, aucune trace d’hormone n’a été relevée dans les porcs de ces fermes.

Mais dans un demi millier d’autres exploitations, la situation est plus grave. Un fabricant de nourriture pour bétail a reçu du sirop de glucose avec une concentration relativement forte de MPA et il a à son tour approvisionné 516 exploitations. Par ailleurs, 55 fermes qui préparent elles-mêmes la nourriture du bétail ont également reçu des matières premières contaminées.

En Allemagne, plus de 330 fermes et distributeurs de nourriture pour bétail – essentiellement en Basse-Saxe et en Rhénanie du Nord-Westphalie, ont été fermés mardi par les autorités de crainte qu’ils n’aient reçu des produits contaminés au MPA.

Des inspections ont été effectuées dans des exploitations d’autres Länder tandis que les autorités tentaient de retrouver la trace de quelque 8500 tonnes de nourriture contaminée expédiée en Allemagne.

Bärbel Höhn, ministre de l’Agriculture de Rhénanie du Nord-Westphalie, a déclaré à la télévision allemande que l’étendue du problème ne pouvait encore être évaluée car, selon des informations non confirmées, 2,5 tonnes de MPA auraient été mélangées à des ingrédients de nourriture pour bétail.

Ces ingrédients pourraient avoir contaminé à leur tour des volumes bien plus importants que les 8500 tonnes de nourriture pour bétail recensées jusqu’ici.

Au Danemark, les autorités font état de quatre fermes ayant reçu de la nourriture pour bétail soupçonnée de contenir du MPA.

Source : Reuters

Commentaires