José Bové dissèque « la propagande sur les OGM » devant 800 militants d’Attac

Arles (France), 27 août 2002 – Le porte-parole de la Confédération paysanne Jové Bové a consacré sa première intervention publique depuis sa sortie de prison le 1er août à la contestation de « la propagande sur les organismes génétiquement modifiés » au cours de l’université d’été d’Attac à Arles.

Au côté du biologiste Jacques Testart, José Bové a longuement expliqué aux 800 militants antimondialisation libérale qui prenaient des notes, « pourquoi l’envahissement de la planète par des plantes génétiquement modifiéesmillions d’hectares en 2002) avait débuté avant même qu’un avantage concret pour les populations ait pu être démontré ».

« Les cinq ou six firmes qui détiennent la quasi totalité des semences utilisées sur la planète n’ont qu’un seul but : obliger les paysans à racheter chaque année leurs semences », a déclaré José Bové, au cours d’une conférence-débat de quatre heures. « Elles ont dépensé des fortunes pour les OGM et veulent un retour rapide sur investissement. Le discours central pour promouvoir les OGM, c’est la lutte contre la faim dans le monde, mais c’est une mystification. On sait bien que le soja et le maïs transgéniques ne sont pas utilisés pour nourrir les populations des pays du sud, mais pour alimenter les porcs, les volailles et les vaches des pays industrialisés ».

Jacques Testart, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), a conclu : « Le plus grave avec les OGM, ce ne sont même pas les risques sanitaires mais les risques politiques. Quelques firmes, telles que Monsanto, auront bientôt la clef de toute l’alimentation mondiale, de la semence au supermarché, en passant par les produits de traitement ».

Source : AFP

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Confédération paysanne

http://www.confederationpaysanne.fr/

Commentaires