La France attribue des moyens à l’enseignement agricole public

Paris (France), 13 mai 2009 – La rentrée 2009 dans l’enseignement agricole sera marquée par la mise en oeuvre du baccalauréat professionnel en trois ans et l’accélération de la réforme de l’offre de formation, afin de mieux répondre aux besoins de l’agriculture et du monde rural de demain.

Ces mutations ont pu conduire à des inquiétudes sur l’avenir de l’enseignement agricole public.

Michel Barnier, qui a toujours montré son attachement à l’enseignement agricole public, souhaite que la rentrée 2009 se prépare dans de bonnes conditions.

Dès les prochains jours, des moyens seront attribués aux établissements publics d’enseignement agricole en complément des dotations actuelles.

Ces moyens sont constitués d’une part, de 132 équivalents temps plein permettant le maintien ou le recrutement d’environ 180 enseignants et, d’autre part, d’un volant d’heures supplémentaires de 90 000 heures, ce qui augmente de 25 % les dotations actuellement mises à la disposition des DRAAF (Directions régionales de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt).

Les DRAAF, autorités académiques auxquelles est confiée la gestion déconcentrée de l’enseignement agricole, disposent ainsi de moyens pour proposer au niveau régional, une offre de formation diversifiée, favorisant la bonne intégration professionnelle des futurs diplômés.

Michel Barnier souligne l’importance du redéploiement budgétaire accompli au profit de l’enseignement agricole public, dans un contexte de nécessaire maîtrise des dépenses publiques, signe que le Ministère de l’Agriculture et de la Pêche fait de la formation des jeunes l’une de ses principales priorités.

Commentaires