La nouvelle unité de recherche caprine de Deschambault voit le jour

Deschambault (Québec), 21 juin 2005 – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Yvon Vallières, et le député de Portneuf, M. Jean-Pierre Soucy, sont fiers de l’investissement de 550 000 $ consacré par le MAPAQ à la nouvelle unité de recherche caprine, dite chèvrerie, du Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD).

« Je suis à même de constater que, grâce à cet investissement, le Québec possède maintenant une unité de recherche caprine moderne, qui respecte l’environnement et les normes de sécurité les plus strictes. De plus, elle est unique, puisqu’on n’en trouve aucune autre, ni au Québec ni dans le reste du Canada », a déclaré le ministre Yvon Vallières à l’occasion de l’inauguration.

Aux yeux du député de Portneuf, M. Jean-Pierre Soucy, cette annonce représente une excellente nouvelle pour sa circonscription. « Le Centre de recherche en sciences animales de Deschambault, dont on a souligné l’an dernier le cinquième anniversaire, constitue un atout important pour le développement agroalimentaire de la région de la Capitale-Nationale. L’inauguration de cette nouvelle unité d’expérimentation permettra au CRSAD de bonifier son offre de service en matière de recherche caprine et contribuera à consolider le positionnement stratégique de la région portneuvoise à cet égard », a-t-il mentionné.

« Depuis longtemps déjà, les acteurs de l’industrie caprine réclament un accroissement de la recherche et du transfert technologique. Cette nouvelle unité de recherche permettra enfin de répondre à leur vou bien légitime », a ajouté le ministre.

Ce projet s’inscrit parfaitement dans le Plan stratégique 2005-2008 du Ministère que le ministre rendait public récemment. La première orientation de ce plan est « d’appuyer le développement économique du bioalimentaire en partenariat avec l’industrie ainsi que les acteurs gouvernementaux et régionaux ». L’une des façons d’y parvenir est de soutenir les activités de recherche et de transfert technologique. Le MAPAQ vise à ce que sa contribution financière produise un effet de levier, rendant possibles d’autres investissements, de la part de partenaires, dans des projets de recherche.

Entre 1994 et 2003, la production de lait de chèvre et de fromage de lait de chèvre a quintuplé au Québec. On compte maintenant plus de 200 éleveurs de chèvres, environ 25 fromageries artisanales réparties dans toutes les régions du Québec et 5 transformateurs de lait de chèvre, ce qui montre l’intérêt qui existe pour ce type de production.

« Tous les producteurs caprins ont les yeux tournés vers cette nouvelle unité de recherche, sachant que leur capacité d’innover dépend en partie des projets qui y seront réalisés », a conclu le ministre Yvon Vallières.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Centre de recherche en sciences animales de Deschambault (CRSAD)
http://www.crsad.qc.ca

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)
http://www.mapaq.gouv.qc.ca

Commentaires