La punaise marbrée, à surveiller en 2015

Après la coccinelle asiatique, un autre insecte exotique pourrait se manifester au Québec en 2015. Mais contrairement à la petite bestiole orange qui était particulièrement visible cet automne, ce nouvel insecte pourrait représenter une menace pour les cultures québécoise.

La punaise marbrée, ou Halyomorpha halys, a été capturée cet été à Hemmingford. Selon le biologiste Jacques Brodeur, d’autres spécimens ont été repéré en Montérégie et à Montréal.

L’insecte originaire d’Asie n’est pas très sélectif dans son alimentation. Il s’alimente de fruits (pomme, poire, framboise, etc.) de légumes (haricot, tomate, maïs sucré, poivron, etc.) ainsi que du soya, et cause assez de dommages pour rendre les produits non commercialisables.

Selon le MAPAQ, « les larves ainsi que les adultes piquent et sucent les tissus végétaux et en retirent la sève. Des enzymes sont injectés dans les parties atteintes de la plante laissant des zones nécrotiques aux sites d’alimentation. Toute la partie aérienne des plantes peut en être affectée ».

Appelée aussi Brown marmorated stinkbug, l’insecte est apparu en Pennsylvanie en 1996 et en Ontario en 1998. Il se manifeste d’abord en milieu urbain pour s’étaler par la suite sur le territoire agricole, d’où la nécessité d’exercer une surveillance sur le terrain. Les entomologistes du ministère ont installé une cinquantaine de pièges l’été dernier mais un seul insecte a été capturé par hasard dans un piège destiné à d’autres insectes.

En Europe, la présence de la punaise a été relevée l’année dernière et le danger d’une dissémination à travers l’Europe est considérée élevé.

Le MAPAQ ajoute qu’il n’existe pas de traitement pour enrayer l’insecte, outre les produites chimiques. Le ministère invite les producteurs à communiquer avec leur agronome pour identifier de potentielles punaises puisqu’elle peut être facilement confondue avec d’autres punaises.
Source : MAPAQ, Journal de Montréal

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires