Ligne de temps

La Terre de chez nous fête ses 90 ans

Le journal a vu le jour en mars 1929

L’année 2019 sera à marquer d’une pierre blanche pour La Terre de chez nous puisque le journal agricole fêtera alors son 90e anniversaire de fondation.

Lancée à la veille de la Grande Dépression, le média a vu le jour grâce à une résolution des membres de l’Union catholique des cultivateurs (UCC), le 6 mars 1929. Son premier rédacteur en chef était Robert Raynault, un agronome affilié à la ferme expérimentale de La Pocatière. La mission du journal consistait à  discuter de sujets divers comme les techniques agricoles, les problèmes sociaux et économiques, les prix des marchés à l’occasion de tribune pour les cultivateurs.

Le journal avait d’abord été hébergé dès 1927 par le quotidien Le Devoir qui diffusait dans ses pages ses articles deux fois par semaine.  En 1926, le ministre libéral de l’Agriculture de l’époque et le clergé avait fait pression sur l’Union des cultivateurs catholiques pour la création d’une autre publication agricole. À l’époque, le Bulletin des agriculteurs était déjà en circulation depuis 10 ans et avait fait la promotion de la création de l’UCC, mais il était jugé trop proche des conservateurs, d’où la naissance de la TCN en 1929.

Le journal a couvert de nombreux sujets portant sur l’actualité agricole, en plus de la vie dans les campagnes. La TCN s’est retrouvé aussi impliqué dans les débats de l’époque, que ce soit la colonisation pour freiner l’exode des Canadiens-français aux États-Unis ou encore l’exemption pour les agriculteurs d’être conscrit dans la Deuxième Guerre mondiale. Dans les années 50, le journal a pris un ton plus neutre en réservant les opinions à ses pages éditoriales.

En 1972, le média a joint sa destiné à l’Union des producteurs agricoles qui venait alors d’être reconnu comme syndicat des agriculteurs du Québec.

Aujourd’hui, la mission reste essentiellement la même, indique Charles Couture, directeur aux publications à la TCN. « Notre mission est de répondre aux besoins d’information des agriculteurs pour leur permettre de développer leur entreprise et de participer à leur communauté. » Plus d’une trentaine de personnes travaillent au journal, dont une douzaine de journalistes. D’autres publications sont publiées par la TCN, dont l’Utiliterre. Les textes du journal et des magazines couvrent les nouvelles locales, provinciales, nationales, mondiales ainsi que les nouveautés technologiques.

Le journal a lancé en 2003 son site Internet mais promet de demeurer fidèle au papier. Charles Couture avoue que les défis sont nombreux avec la numérisation des médias mais que les projets abondent pour assurer la pérennité du journal.

De nombreuses personnes ont marqué de leur plume la TCN. Rosaline Ledoux, qui a fait ses débuts en 1965, a écrit le courrier du coeur de Marie-Josée et , tout en écrivant comme journaliste, avant de prendre sa retraite en 2002. Gérard Fillion a pour sa part été rédacteur en chef de 1935 à 1947. Il a par la suite joint Le Devoir jusqu’en 1963.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires