L’agriculture a relevé le défi en 2020

L’agriculture a relevé le défi en 2020

Dans un récent Bioclip, la Direction de la planification, des politiques et des études économique du Québec a souligné la performance du secteur agricole, alimentaire et de la transformation au Québec. "Sans omettre les difficultés encore présentes et les secteurs qui ont été plus durement touchés, on constate que nombreux ont été les succès, les résultats favorables et les bonnes nouvelles en 2020", indique le rapport. Voici quelques-uns des éléments qui attirent l'attention.

Au Québec, la production en volume et les recettes monétaires tirées du marché ont augmenté dans plusieurs secteurs agricoles, avec de meilleurs résultats que ceux de la moyenne canadienne (tableau 1). Le nombre d’emplois en agriculture s’est accru au Québec (+1,3 %), tandis qu’il a fléchi à l’échelle canadienne (-4,4 %). En outre, le nombre d’établissements actifs dans les productions agricoles québécoises a progressé d’environ 3 % en 2020 par rapport à 2019.

En 2020, la valeur des exportations bioalimentaires internationales du Québec a excédé la valeur des importations, ce qui a entraîné un solde commercial positif de 2 G$. Les principaux produits alimentaires, et l’accroissement de la valeur de leurs exportations, qui ont contribué à ce résultat positif sont les suivants :

-Oléagineux non transformés (+394 millions de dollars [M$], +81 %)

-Viande porcine (+346 M$, +20 %)

-Préparations alimentaires diverses (+122 M$, +20 %)

-Miel, érable et sucre (+111 M$, +19 %)

-Fruits, légumes et préparations (+41 M$, +5 %)

-Boissons et alcools (+37 M$, +8 %)

?Préparations de cacao (+32 M$, +3 %)

-Pommes de terre (+17 M$, +43 %

-Produits oléagineux (+17 M$, +8 %)

-Viandes de volaille et œufs (+15 M$, +4 %)

L'achat local a la cote, ce qui augure bien pour la politique agroalimentaire du MAPAQ visant à encourager l'achat de produits provenant du Québec. La croissance de la valeur des ventes des marques québécoises analysées a atteint 15 % pour la période. Les marques québécoises ont même gagné des parts de marché par rapport aux ventes de produits alimentaires de grande consommation au Québec. Au cours de la période, la part de vente des 615 marques québécoises analysées est passée de 14,5 % à 16,2 %.

Selon l’édition 2021 du Baromètre de la confiance des consommateurs québécois à l’égard des aliments réalisé par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO) :

-49 % des Québécois affirment que, depuis le début de la pandémie, ils achètent plus souvent des aliments produits au Québec.

-54 % des Québécois prévoient augmenter un peu ou beaucoup leur consommation d’aliments du Québec (contre 48 % en 2019, la différence étant significative).

-71 % des Québécois ont plus confiance dans les aliments du Québec que dans les aliments importés.

-Enfin, notons que 83 % des Québécois considèrent aujourd’hui (février 2021) le secteur alimentaire comme un service essentiel, alors que 67 % étaient de cet avis au début du premier confinement au printemps 2020.

Quant aux choix de société que le Québec devraient prioriser pour l’avenir, les Québécois mettent en première place du classement l’accroissement de l’autonomie alimentaire du Québec. Globalement, le Baromètre montre que les Québécois ont confiance dans le secteur bioalimentaire québécois, et cette confiance est en hausse par rapport à 2019.

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Commentaires