Lancement du premier mois des saveurs autochtones

Montréal (Québec), le 6 mars 2001 – C’est le 6 mars qu’a eu lieu le lancement du premier Mois des saveurs autochtones, un événement annuel visant à faire connaître les produits agroalimentaires autochtones aux Québécois.

Jusqu’au 31 mars, une vingtaine d’hôtels et de restaurants des régions de Montréal, Québec et l’Estrie ajouteront à leur menu régulier des plats typiquement autochtones. Les clients de ces établissements pourront ainsi déguster des aliments aussi variés que le caribou, les charcuteries de gibier, le riz sauvage biologique, les cœurs de quenouille et la gelée de sapin.

Pour l’Association d’affaires des Premiers Peuples (AAPP), organisatrice de l’événement, le Mois des saveurs autochtones constitue une occasion unique de découvertes. « Nous désirons faire connaître aux consommateurs l’existence d’une foule d’aliments cultivés, traités et préparés par des entrepreneurs autochtones, explique Johanne Robertson, présidente et directrice générale de l’AAPP. Tous ces produits sont de grande qualité, et leur traitement alimentaire s’inscrit, bien souvent, dans des traditions ancestrales et familiales vieilles de plusieurs centaines d’années. »

La cuisine autochtone est effectivement basée en grande partie sur les connaissances empiriques de la valeur nutritionnelle des produits. Historiquement, ces connaissances se sont transmises au fil des époques et à d’autres peuples. Ainsi, les autochtones ont fait découvrir aux premiers colons européens des techniques pour cultiver plus d’une cinquantaine d’espèces végétales comestibles. Aujourd’hui, ces plantes (maïs, pomme de terre, etc.) fournissent la moitié des réserves alimentaires mondiales. Il n’est donc pas étonnant de constater que, de nos jours, de plus en plus de restaurants d’ici s’ouvrent aux produits agroalimentaires autochtones en les intégrant à leur menu.

Globalement, le Mois des saveurs autochtones s’inscrit dans une stratégie visant un rapprochement avec les consommateurs, mais aussi avec l’ensemble de l’industrie agroalimentaire québécoise. Ainsi, ces derniers jours, des membres de l’AAPP ont participé au SIAL Montréal afin d’y établir des contacts avec d’éventuels partenaires d’affaires (grossistes, détaillants, etc.). De plus, c’est dans le cadre du SIAL que l’AAPP a présenté ses Prix d’Excellence Mishtapew. Plus de 750 personnes ont assisté à cet événement, qui s’est déroulé dimanche soir dernier.

Pour Mme Robertson, les activités orchestrées par l’AAPP sont les fondements d’un objectif global : « Même si elle existe depuis des générations, la cuisine autochtone est demeurée discrète, souligne-t-elle. Ultimement, elle devra prendre sa place parmi les cuisines d’ici et d’ailleurs. »

Fondée en 1994, l’AAPP est un réseau d’affaires qui vise la promotion, le développement, le réseautage et l’émergence d’alliances stratégiques et de partenariats entre les entreprises autochtones elles-mêmes et la communauté d’affaires nationale et internationale. L’AAPP fournit à ses 500 membres de partout au Canada, et même de l’Europe, des outils de développement et des occasions d’échanges leur permettant d’atteindre de nouveaux marchés et d’étendre leurs champs d’action.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Association d’affaires des Premiers Peuples (AAPP)

http://www.aappfpba.org/

Commentaires