Lancement d’un projet de haies brise-odeur aux Porcheries Chanca à Saint-Louis-de-Gonzague

Saint-Rémi (Québec), 26 juin 2002 – Un projet innovateur de haies brise-odeur visant à réduire les odeurs émanant des installations porcines a été inauguré aux Porcheries Chanca à Saint-Louis-de-Gonzague. L’originalité de
ce projet réside dans l’utilisation d’arbres de grande taille (1,5 à
2,5 mètres de haut) qui forment un écran de protection maximale et qui
permettent de réduire les odeurs de façon sensible, tôt après leur plantation.

Développé par la Fédération de l’UPA de Saint-Jean-Valleyfield en
collaboration avec le Syndicat des producteurs de porc de la région, le projet
de haies brise-odeur est actuellement implanté sur quelque 12 fermes porcines
situées sur le territoire de la Fédération.

« Par sa simplicité et son efficacité, ce projet fera sans doute école au
Québec et s’avérera utile, non seulement pour les fermes porcines, mais
également pour toutes les entreprises agricoles devant assurer une gestion
harmonieuse des fumiers ou lisiers de leur troupeau », a commenté le président
de la Fédération de l’UPA de Saint-Jean-Valleyfield, M. Gaétan Bachand, un des
principaux promoteurs du projet. De son côté, M.Jean-Guy Hamelin, président du
Syndicat des producteurs de porcs de Sain-Jean-Valleyfield, a déclaré que ce
projet confirmait la volonté des producteurs de porcs d’assurer une
cohabitation harmonieuse avec leur communauté.

Une solution efficace

Les odeurs sont généralement associées à des gaz légers qui se dispersent
dans l’atmosphère. L’utilisation d’une haie brise-odeur formée d’arbres de
grande taille plantés en bandes permet de réduire la vitesse du vent et, par
conséquent, le déplacement des odeurs. De plus, comme les végétaux ont un
effet filtrant, les composés responsables des odeurs sont dégradés par l’écran
d’arbres avant d’atteindre les zones habitées. On évalue que la réduction des
odeurs associée à cette nouvelle technique peut atteindre 55%.

Les producteurs qui souhaitent aménager une haie brise-odeur sur leur
ferme peuvent faire appel aux spécialistes de la Fédération régionale de Saint-
Jean-Valleyfield. Ces derniers identifieront les besoins, les conditions du

terrain et les vents dominants afin de déterminer le type de haies et les
espèces d’arbustes qui donneront les meilleurs résultats.

Il est à noter que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de
l’Alimentation du Québec (MAPAQ) offre un soutien financier pouvant atteindre
10 000 $ par ferme et couvrant 70 % des coûts admissibles pour l’implantation
de haies brise-odeur sur les fermes dans le cadre du programme Prime-vert
visant la diminution de la pollution diffuse.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Le Porc du Québec

http://www.leporcduquebec.qc.ca/

Ministère de l’agriculture des pêcheries et de l’alimentation du Québec (MAPAQ)

http://www.agr.gouv.qc.ca/

Union des producteurs agricoles (UPA)

http://www.upa.qc.ca/

Commentaires