Le ministre Vanclief : il faut éliminer les distorsions commerciales

Banff (Alberta), 12 octobre 2000 – Le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, M. Lyle Vanclief, a fait comprendre aux ministres du Groupe de Cairns l’importance d’accomplir des progrès tangibles dans les négociations commerciales afin d’éliminer les subventions et les barrières injustifiées en agriculture.

« Le temps est trop précieux et les risques sont trop grands pour les producteurs canadiens qui doivent composer avec les subventions et les restrictions commerciales inéquitables des autres pays », a souligné M. Vanclief à la clôture de la 21e Réunion ministérielle du Groupe de Cairns à Banff.

« Nous devons trouver des solutions pragmatiques aux problèmes réels auxquels fait face le système de commerce mondial. Nous ne pouvons laisser sans réagir le monde sombrer dans une guerre de subventions agricoles comme celle du milieu des années 80. »

M. Vanclief a affirmé avoir senti un engagement renouvelé à l’égard de ces objectifs chez ses collègues du Groupe de Cairns.

Pendant leurs deux journées d’entretien, les membres du Groupe se sont penchés sur les façons de mieux se positionner dans les négociations commerciales en cours et de travailler ensemble pour aider à établir un système de commerce agricole plus équitable et davantage axé sur le marché.

Au cours de la réunion, M. Vanclief a déclaré que les niveaux de subvention élevés dans les pays de l’Union européenne (UE) et aux États-Unis comptaient parmi les principaux facteurs à l’origine des problèmes des producteurs de céréales et d’oléagineux au Canada.

« Les agriculteurs canadiens sont à la merci d’une guerre commerciale que les États-Unis et l’UE alimentent à grands renforts de subventions agricoles. Ces deux géants n’y vont pas de main morte avec le subventionnement de leur production », a expliqué M. Vanclief.

« Ces subventions concourent tout simplement au fléchissement des prix et créent ainsi un cercle vicieux qui finit par se perpétuer. Les États-Unis dépensent des sommes records en subventions à l’agriculture. De son côté, l’UE consacre actuellement la moitié de son budget aux subventions agricoles. »

« Le Canada a arrêté une position globale avec le secteur et les provinces pour les négociations actuelles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Nous poursuivrons résolument les objectifs énoncés dans cette position. Nous ferons front commun avec le Groupe de Cairns dans les dossiers d’intérêt mutuel, tout en conservant le droit de défendre les intérêts nationaux du Canada. »

Au cours des discussions à Banff, le ministre a consulté les représentants des agriculteurs et des exportateurs canadiens au sujet de l’avancement des négociations actuelles en agriculture et de l’approche adoptée pour celles-ci. Ils les a également remerciés de leur participation.

M. Vanclief a également affirmé que le Canada continuerait de collaborer avec ses partenaires commerciaux pour trouver des solutions aux problèmes des pays en développement.

« Nous devons mieux intégrer les pays en développement dans l’économie mondiale afin qu’ils puissent tirer le meilleur parti possible du système de commerce mondial à base de règles. »

Le ministre a également souligné que la meilleure façon d’aborder les préoccupations de ces pays en matière d’accès aux marchés, de mise en oeuvre et d’aide technique bonifiée était de lancer des négociations de plus grande portée.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Agriculture Canada

http://Aceis.AGR.CA/

Commentaires