Le secteur agricole frappé par le coronavirus

La baisse de la demande chinoise aurait des impacts au-delà de leurs frontières

Avec la crise sanitaire qui paralyse la Chine ces derniers temps avec l’apparition du coronavirus, les experts préviennent que les effets qui se font sentir sur le marché des produits agricoles pourraient durer encore plusieurs mois. Les conséquences pourraient également mener à un ralentissement de la croissance mondiale. L’Organisation mondiale de la santé a d’ailleurs déclaré l’état d’urgence de santé publique internationale en raison du nombre croissant de pays dans lesquels se répand l’épidémie de coronavirus

Déjà cette semaine, les prix du soya et du porc sont en baisse respectivement en réaction à la mise en quarantaine de dizaines de millions de personnes en Chine, ainsi que l’arrêt du transport des personnes vers la Chine de la part de certains pays. L’Angleterre et les États-Unis ont évacué leur ressortissants des zones affectées et le Canada s’apprêtait à faire de même.

Articles connexes

L’économie chinoise, qui est déjà considérée en ralentissement, pourrait voir son PIB chuter sous les 5% cette année avec des impacts considérables, surtout pour les importations de soya. L’an dernier, les achats de soya dans le pays avaient chuté en raison de la peste porcine africaine qui aurait décimé 40% du son cheptel porcin.

L’effet sur les marchés est d’autant plus grand que plusieurs acheteurs misaient sur la phase 1 de l’entente entre la Chine et les États-Unis pour relancer les exportations de produits agricoles vers la Chine, dont le soya.

Depuis 2004, les importations de produits agricoles du pays ont dépassé ses exportations, et la Chine est devenue importatrice nette, en raison de sa population qui représente aujourd’hui 20% de la population mondiale (1,42 milliards d’habitants en 2019).

En 2018-2019, “la Chine a ainsi importé 3,2 Mt de blé (18e position parmi les plus gros importateurs de blé dans le monde), 4,5 Mt de maïs (11e).  Le pays est surtout le premier importateur mondial de soya, qui constitue le produit agricole le plus importé par le pays avec 82,5 Mt importées en 2018/19, principalement des États-Unis et du Brésil”, rapporte le site Terre-net.

La Chine produit également beaucoup en denrées agricoles. En 2018, le pays a réalisé 18 % de la production mondiale de blé, ce qui en fait le second plus grand producteur, derrière l’Union européenne. Quant à la production chinoise de maïs, elle s’est élevée à 257,3 Mt, soit 23 % de la production mondiale, ce qui place le pays en seconde position, derrière les États-Unis.

Source: Terre-net

à propos de l'auteur

Journaliste

Céline Normandin est journaliste spécialisée en agriculture et économie. Elle collabore également au Bulletin des agriculteurs.

Articles récents de Céline Normandin

Commentaires