Le sous-indice des produits agricoles a reculé de 4 pour cent en juillet

Montréal (Québec), 23 août 2005 – La montée en flèche des cours du pétrole etdu gaz a entraîné une hausse de 1,7 % de l’indice des prix des marchandises deBMO Groupe financier en juillet, le ramenant près du sommet historique atteinten mars de cette année. L’indice a atteint 181,7 (1993 = 100),reprenant pratiquement les baisses enregistrées en avril et en mai.

Ce raffermissement de l’indice est attribuable en totalité au secteur dupétrole et du gaz, puisque tous les autres secteurs mesurés par l’indice de laBanque ont perdu du terrain.

« La puissante reprise que connaissent les marchés des marchandises depuisle milieu de 2002 est alimentée par une solide demande en Chine, dans d’autresrégions d’Asie et aux Etats-Unis, ainsi que par des stocks de marchandisesgénéralement en baisse, a révélé Earl Sweet, économiste en chef adjoint, BMOGroupe financier. Bien qu’on ne s’attende pas à ce que la tendance à la haussedes prix des marchandises se poursuive au cours du reste de l’année 2005,l’indice des prix des marchandises devrait se maintenir aux niveaux élevésatteints récemment. En 2006, une croissance économique mondiale modérée etl’augmentation de la production de diverses marchandises devraient assouplirla plupart des marchés et contribuer à une baisse générale des prix. »

En juillet, le sous-indice du pétrole et du gaz a crû de 5,2 pour centpour atteindre un niveau de 31,5 pour cent supérieur à celui de l’annéedernière. « Ce sous-indice a continué de croître à un rythme accéléré, apoursuivi M. Sweet. Le brut et le gaz naturel ont tous deux enregistré desgains substantiels, alimentés par les craintes que des tempêtes tropicalesviennent perturber la production dans le golf du Mexique et par des marchésgénéralement serré ».

Les prix de l’énergie ont poursuivi leur forte tendance haussière enaoût. Les cours du pétrole ont dépassé la barre des 60 $ US le gallon, alorsqu’on s’interrogeait sur la sécurité de l’approvisionnement au Moyen-Orient etque des problèmes de raffinage suscitaient des questionnements sur la capacitéde répondre à la demande. Les prix du gaz naturel ont également augmenté enflèche, propulsés par une forte demande d’électricité produite dans lescentrales au gaz.

« Le brut West Texas Intermediate (WTI) devrait se maintenir à 61 $ US lebaril en moyenne au cours de la seconde moitié de 2005, comparativement à 51 $US pour le premier semestre, a précisé M. Sweet. En 2006, l’amélioration dusolde offre-demande devrait entraîner une baisse modérée du WTI et le ramenerà une moyenne annuelle de 52 $ US. »

Le sous-indice des produits agricoles a reculé de 4 pour cent en juillet; la pression exercée sur la cueillette, l’amélioration des perspectives de récolte et la concurrence accrue contribuant à ce déclin. Les pertes sontlargement attribuables au blé. « Malgré la baisse enregistrée au cours du mois,les prix moyens sont demeurés près de 5 pour cent supérieurs à ceux de l’andernier, a ajouté M. Sweet. La production mondiale dépassant généralement lademande pour la récolte de 2004-05, les stocks ont augmenté substantiellementpar rapport à la consommation, ce qui devrait faire baisser les prix au coursde la prochaine année ».

Parmi les autres secteurs, le sous-indice des métaux et des minéraux aconnu un recul de 0,7 pour cent en juillet, repli attribuable à une baisse desprix des métaux précieux, du nickel et du zinc. Malgré le déclin de juillet,le sous-indice est demeuré à un niveau de 9,3 pour cent supérieur à celui del’an dernier.

« On s’attend généralement à ce que les prix des métaux effectuent unrepli l’an prochain, révèle M. Sweet. Le faible niveau des stocks devraitfaire en sorte que les prix des métaux demeurent relativement élevés pendantle reste de l’année 2005. En 2006, l’augmentation des réserves de certainsmétaux devrait entraîner une baisse progressive des prix. »

Le sous-indice des produits forestiers a affiché un recul pour lecinquième mois consécutif, l’abondance des réserves demeurant le moteur de lapoursuite de ces résultats négatifs. Au début d’août, malgré une décisionfinale favorable au Canada, l’échec de la décision de l’ALENA qui auraitpermis de rapprocher le différend sur le bois d’oeuvre d’un dénouementlonguement attendu, a également eu un impact négatif sur les marchés.

« Le sous-indice des produits forestiers devrait poursuivre sa tendancebaissière modérée pendant le reste de 2005 et en 2006, principalement enraison d’une érosion cyclique des conditions du marché des produits du bois, aprécisé M. Sweet. Les prix de la pâte commerciale connaîtrontvraisemblablement une baisse en 2006, alors que d’immenses augmentations de lacapacité en Amérique du sud et en Asie viendront annuler tout regain de lademande. »

     Indice des prix des marchandises de BMO Groupe financier, juillet 2005    ————————————————————————-                         Niveau de                       juillet 2005      Variation en pour cent par rapport à                 (1993 = 100)   un mois plus tôt    un an plus tôt    ————————————————————————-    Ensemble des     marchandises            181,7                1,7              12,4    ————————————————————————-    Pétrole et gaz           341,7                5,2              31,5    ————————————————————————-    Métaux et minéraux       155,2               -0,7               9,3    ————————————————————————-    Produits forestiers      116,5               -1,4              -7,6    ————————————————————————-    Agriculture              102,1               -4,0               4,9    ————————————————————————-

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Banque de Montréal
http://www.bmo.com/francais/index.html

Commentaires