Le soya a pris sa place

Le MAPAQ et l’Institut de la statistique du Québec viennent de publier le Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, édition 2012. Que peut-on y apprendre au sujet des grains?

Entre 2008 et 2011, certaines cultures n’ont pas bougé. Par exemple, le maïs-grain : 382 000 ha récoltés en 2008, contre 376 000 en 2011.

Les superficies en avoine n’ont également pas changé. Par contre, il y a un recul des superficies en blé et en orge. Il se peut toutefois que les superficies en blé soient à nouveau à la hausse en 2013, en raison de l’engouement pour le blé d’automne et des bons rendements (sans fusariose!) de 2012.

C’est du côté du soya qu’on observe la plus importante croissance : de 229 000 ha en 2008, la production s’est étendue sur 299 000 ha en 2011. La production annuelle est ainsi passée de 600 000 à 800 000 tonnes. Pendant la même période, les exportations d’oléagineux produits au Québec (grains entiers et produits oléagineux) ont presque doublé, pour atteindre en 2011 une valeur de 897 millions $.

Plantes fourragères
Des reculs ont été enregistrés du côté des plantes fourragères. Le nombre de fermes cultivant du foin a diminué de 2778 entre 2008 et 2011. Les superficies en foin sont passées 832 000 à 807 000 hectares.

Pour sa part, le maïs fourrager a gagné du terrain, passant de 50 000 à 57 700 hectares.

Consultez le Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec.

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires