Le Syndicat de base de l’UPA Laval n’est pas d’accord avec la position de la Coalition contre le pont de la 25

Laval (Québec), 16 mai 2005 – Le Syndicat de base de l’UPA Laval tient à se dissocier des propos tenus ce matin lors d’une conférence de presse de la Coalition pour la protection du territoire agricole relativement au projet de parachèvement de l’autoroute 25. Contrairement aux affirmations des porte-paroles de cette Coalition, le projet mis de l’avant par le ministère desTransports du Québec n’empiète d’aucune façon dans le territoire agricole deLaval.

Selon le président du Syndicat de base de l’UPA Laval, Gilles Lacroix, :« C’est faire preuve d’une méconnaissance complète du fonctionnement del’agriculture à Laval que d’affirmer que le parachèvement de l’autoroute 25constitue une atteinte à ce secteur d’activité. Depuis 1988, nous avonsconvenu d’une entente de protection de la zone agricole permanente avecl’administration municipale, entente qui a été respectée depuis 1988. »

Le Syndicat de base de l’UPA Laval, fort de l’expérience acquise au fildes ans en matière d’agriculture périurbaine, maintient le cap. L’agricultureà Laval est là pour rester et se développer.

De concert avec les autorités municipales, le syndicat privilégie lesactions concrètes et soutenues afin :

  • de consolider la zone agricole crédible et permanente de Laval par le remembrement des terres et l’harmonisation des usages;
  • de promouvoir les intérêts économiques agricoles et agro-alimentaires au sein de l’Agropôle de Laval Technopole;
  • de collaborer au développement et à la bonne marche de l’entente spécifique de régionalisation en matière de développement agro alimentaire de la région de Laval;
  • de voir à l’actualisation et à l’adaptation des normes et des programmes gouvernementaux en fonction des particularités régionales;
  • d’avoir une attention toute spéciale à l’endroit de ces jeunes que la profession intéresse,

car les terres de la zone agricole crédible et permanente de Laval, quisont un patrimoine collectif inestimable, nous ont été laissées et prêtées parnos ancêtres. C’est à nous, productrices et producteurs agricoles de Laval, àmaintenir cette tradition.

Site(s) extérieur(s) cité(s) dans cet article :

Union des producteurs agricoles (UPA)
http://www.upa.qc.ca/

Commentaires