Les biocarburants émettent moins de gaz à effet de serre

Paris (France), mars 2003 – Les biocarburants comme le Diester (30 % d’ester de colza et 70 % de gazole), émettent nettement moins de gaz à effet de serre que les carburants classiques, selon une étude menée par le cabinet PricewaterhouseCoopers rendue publique par l’Association du Club des villes Diester.

Un véhicule roulant au Diester en mélange à 30 % (comme il est utilisé en France) réduit de 23 % ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à un véhicule diesel roulant au gazole.

Selon l’étude, l’impact sur l’effet de serre de la filière essence est 2,5 fois supérieur à celui des filières éthanol (produit à partir de betterave ou de blé) et 3,5 fois supérieur à celui des filières « EMHV », ou ester méthylique d’huiles végétales, dont fait partie le Diester français.

La consommation d’une tonne de Diester permet d’économiser l’équivalent de 2,5 tonnes d’équivalent CO2, relève l’étude.

Une petite partie de la production française de Diester est utilisée en biocarburant (mélange à 30 %) : 4000 véhicules Diesel roulent aujourd’hui au Diester. L’essentiel est incorporé (moins de 5 %) dans le gazole classique comme lubrifiant.

Le Club des villes Diester, rebaptisé « Partenaires Diester », entend faire valoir cet impact positif sur l’effet de serre pour stimuler la production française de Diester, stagnante depuis plusieurs années.

La France a démarré la production de biocarburants en 1992, pour échapper au gel des terres cultivées pour l’alimentation imposé par la Politique agricole commune.

La production française – 317 500 tonnes de Diester en 2002 – est inchangée depuis plusieurs années, car elle dépend d’un agrément de l’Etat, qui consent une baisse de fiscalité.

Leader en Europe depuis le lancement de cette filière, la France s’est fait doubler en 2002 par l’Allemagne (440 000 tonnes). Le ministère français de l’Agriculture vient de décider un relèvement de 70 000 tonnes, s’est félicitée l’association.

L’étude ne prend pas en compte le coût (plus élevé) des biocarburants ni les impacts sur l’environnement. Les biocarburants sont généralement issus de cultures intensives, grosses consommatrices d’engrais et pesticides.

Le secteur des transports est le principal émetteur de gaz à effet de serre en France et connaît la plus forte augmentation: + 22 % entre 1990 et 2010.

Source : AFP

Commentaires