Les bisons sont de retour dans l’Ouest américain

Oregon (États-Unis), 15 août 2003 – Le Far-West sauvage des films de cow-boys a disparu depuis longtemps, mais les troupeaux de bisons broutent toujours les prairies de l’Ouest américain. Ils sont même de plus en plus nombreux à être élevés dans des ranches, comme dans celui des Bowen dans l’Oregon.

Le spectacle arrête chaque jour une dizaine d’automobilistes, qui se garent sur le bord de la route pour admirer le troupeau de 500 bisons que Matthew Bowen élève depuis un an et demi, après avoir abandonné l’élevage des bovins. « Ca paye les factures mieux que les vaches », assure-t-il.

C’est que la viande de bison est de plus en plus appréciée. Outre son originalité, les consommateurs américains sont séduits par sa teneur en graisse, en cholestérol et en calories plus faible de celle du boeuf, dont elle se rapproche par le goût. Le steak de bison est également riche en fer et en sels minéraux.

Ces dernières années, de nombreux agriculteurs ont constitué des troupeaux et se sont lancés dans l’élevage bison, ce qui a fait chuter les cours d’environ 2.000 dollars (1.750 euros) par animal à 200 à 300 dollars (175 à 260 euros) aujourd’hui. Dans le commerce, le kilo de steak de bison se vend autour de 12 euros, et le filet plus de 70 euros.

En plus de l’élevage, Matthew Bowen essaye donc de diversifier ses activités. Il vend des produits préparés à partir de la viande de ses animaux, et organise des chasses sur une partie de ses terres. Les chasseurs paient le fermier pour tuer une bête, et repartent avec un impressionnant trophée à accrocher au mur, une belle couverture en peau tannée, et assez de steaks pour remplir leur congélateur.

Mais le travail principal du fermier consiste à vérifier l’état de ses clôtures, pour éviter que ses bisons ne puissent s’échapper. S’ils sont habitués à lui et laissent le fermier les approcher en voiture tout-terrain, ils restent des animaux sauvages et particulièrement nerveux quand ils protègent leurs petits. Alors pas question de les quitter des yeux, d’autant qu’un bison est capable de pousser une pointe à 45km/h et de faire des bonds de 1,80m malgré ses 800 à 900kg.

Les bisons sont les plus gros mammifères terrestres d’Amérique du Nord depuis la fin de l’âge de glace. Avant l’arrivée des Européens en Amérique, il y avait entre 30 et 70 millions de bisons sur le continent, mais l’Association nationale de l’industrie du bison estime qu’il n’y en avait plus que 1.500 à la fin du XIXe siècle. Aujourd’hui, il y en aurait environ 350.000, répartis dans tous les Etats-Unis, y compris à Hawaï. Mais il ne reste qu’un seul troupeau sauvage dans tous le pays, qui vit dans le Parc national de Yellowstone (Nord-Ouest).

Source : AP

Commentaires