Les députés suisses approuvent un moratoire de cinq ans sur la production d’aliments transgéniques

Berne (Suisse), 7 mai 2003 – Les députés suisses veulent bannir provisoirement les aliments transgéniques de la production agricole. A une courte majorité, la gauche au Conseil national (chambre basse du Parlement) alliée au lobby paysan de l’UDC a fait inscrire dans la loi sur l’agriculture un moratoire de cinq ans.

Pour ces élus, ce moratoire donne ainsi à l’agriculture la possibilité de se présenter comme plus proche de la nature. Comme de sérieuses inquiétudes règnent dans la population concernant les manipulations génétiques, on a besoin de cinq ans pour récolter plus d’informations, a souligné Hansjörg Walter (UDC).

Mais les centristes et le ministre de l’Economie Joseph Deiss ont mis en garde quant aux conséquences d’un moratoire pour l’économie et la place scientifique suisse. Une fois de plus, on veut mettre des barrières à la recherche en Suisse, a dénoncé l’élue Christine Wirz-von Planta.

Au terme des débats, par 83 voix contre 78, le Conseil national a donc approuvé l’instauration d’un moratoire. Il a cependant refusé d’interdire explicitement le commerce et l’utilisation d’animaux de rente transgéniques ou clonés.

Lors des débats, l’élue bernoise Simmonetta Sommaruga a annoncé que la pétition « Stop OGM » a déjà récolté 92.000 signatures, sur les 100 000 requises, deux mois après son lancement. C’est un signal clair que les manipulations génétiques rencontrent une large méfiance dans la population, a-t-elle noté en soulignant que ses initiateurs étaient prêts à la retirer si le Conseil des Etats (chambre haute) approuvait également le moratoire.

Source : AP

Commentaires