Les grains à la baisse

Les prix des grains ont connu la semaine dernière une période difficile. Les reculs sont attribuables à une foule de facteurs, qui sont extérieurs à la production agricole.

Maïs
Livraison immédiate : -0,37 $US/boisseau (-14,01 $CAN/TM) @ 7,42 $US/boisseau (280,98 $CAN/TM)
Récolte : 0 $US/boisseau (0 $CAN/TM) @ 6,56 $US/boisseau (248 $CAN/TM)

Soya
Livraison immédiate : -0,6850 $US/boisseau (-24,21$CAN/TM) @ 13,32 $US/boisseau (470,79 $CAN/TM)
Récolte : -0,66 $US/boisseau (-23,33 $CAN/TM) @ 13,3950 $US/boisseau (473,44 $CAN/TM)

Blé
Livraison immédiate : -0,6025 $US/boisseau (-21,30 $CAN/TM) @ 7,4425 $US/boisseau (263,05 $CAN/TM)
Récolte : -0,555 $US/boisseau (-19,62$CAN/TM) @ 8,1725 $US/boisseau (288,85 $CAN/TM)

Une conjoncture de facteurs négatifs s’est réunie pour faire fléchir les prix des grains la semaine dernière.

La Chine revient à l’avant-plan
La Chine a fait à nouveau les manchettes et inquiété les investisseurs et spéculateurs. La firme gouvernementale chinoise de commerce de grains COFCO a révélé qu’elle prévoyait une baisse des importations chinoises de soya. Ce recul anticipé proviendrait principalement des mauvaises marges de profits actuelles des triturateurs de soya chinois.

Le fait que le gouvernement chinois continuerait toujours de liquider ses inventaires domestiques en vue de contrôler l’inflation alimentaire qui sévit serait aussi défavorable pour les prix des grains. Dans cette foulée, le gouvernement chinois a dernièrement révisé de 25 points de base à la hausse son taux d’intérêt directeur pour la quatrième fois depuis le mois d’octobre dernier. Basés sur cette initiative, les marchés craignent que cette nouvelle hausse ne vienne aussi freiner les importations chinoises de grains.

La Chine est le plus important importateur de soya dans le monde. En raison de sa forte croissance économique des dernières années, la Chine importe également de plus en plus de maïs.

L’inflation dans plusieurs régions du monde
La Chine n’est pas le seul pays confronté à une problématique inflationniste de ses prix à la consommation. L’Inde et la zone européenne le sont aussi, ce qui inquiète les marchés. D’autres hausses des taux d’intérêts pourraient survenir et freiner la consommation mondiale insatiable de grains.

Fluctuations du prix du pétrole

Comme c’est le cas lorsqu’un manque de nouvelles se fait sentir, l’influence du prix du pétrole sur les prix des grains s’est accrue. Suivant un nouveau sommet en début de semaine dernière à près de 113,50 $US/baril, le prix du pétrole a connu un recul important de sa valeur de 8 $US/baril. Il est parvenu par la suite à reprendre quelque peu du terrain pour se transiger à 108 $US/baril.

En raison du lien étroit entre le prix du pétrole et celui des biocarburants fabriqués principalement à partir de grains (maïs, soya), il est généralement reconnu qu’une hausse du prix de l’or noir exercera une pression haussière sur les prix des grains et vice-versa.

Les prix des grains ont donc été surtout influencés la semaine dernière par des facteurs négatifs, mais étrangers au contexte réel d’offre et demande de grains qui demeure toujours préoccupant pour l’instant.

Plus d’information sur www.grainwiz.com

à propos de l'auteur

Articles récents de André Dumont

Commentaires