Les grandes cultures devraient écoper cette année

Statistique Canada a fait connaitre mercredi matin ses prévisions pour les prochaines récoltes au pays. Selon les résultats de l’Enquête sur les grandes cultures de juillet, les agriculteurs de l’ensemble du Canada s’attendent à une diminution de la production de blé, de canola, de maïs-grain et de soya en 2019 par rapport à l’année précédente, mais à une augmentation de la production d’orge et d’avoine. Les facteurs en jeu réunissent à la fois une baisse des terres cultivées ainsi que des rendements anticipés.

Articles connexes

004&8211;4, 004

Indice de végétation pour la semaine du 15 juillet 2019 (pendant la période de collecte des données de l’enquête), par rapport à l’indice de végétation pour la semaine du 1er juillet 2019, selon la région agricole de recensement, est du Canada

Les régions agricoles de l’Est et de l’Ouest ont dû faire face à des conditions sur le terrain tout-à-fait opposées. Si la saison a débuté sur un manque de pluie dans les Prairies, ce fut le contraire au Québec et en Ontario. Le début de l’été a continué sur la même note : l’humidité est apparue dans l’Ouest tandis que le temps sec a sévi par ici. L’Enquête sur les grandes cultures estime d’ailleurs que les difficultés d’ensemencement, le retard dans le développement des cultures et le temps sec auront des conséquences sur la production et le rendement. Le point positif à retenir est que les conditions se sont améliorés au fur et à mesure durant l’été jusqu’au moment de l’Enquête à la mi-juillet.

Il semblerait également que la météo ait influencé les cultures ensemencées au printemps. La précédente enquête prévoyait beaucoup plus de maïs au Québec et un forte diminution du soya. Le rapport de mi-juillet indique par contre des superficies légèrement supérieurs pour le maïs.

Blé

La production nationale de blé devrait reculer de 2,9 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 31,3 millions de tonnes en 2019, principalement sous l’effet d’une réduction de 1,1 % de la superficie récoltée. De plus, les rendements devraient diminuer de 2,1 % pour s’établir à 47,5 boisseaux à l’acre.

La diminution de la production de blé est en grande partie attribuable à une baisse de la production de blé d’hiver et de blé dur, laquelle s’explique par une réduction de la superficie ensemencée et récoltée en 2019. À l’inverse, la superficie et la production de blé de printemps devraient toutes deux augmenter.

Les agriculteurs de l’Ontario s’attendent à ce que la production de blé (dont la majorité est du blé d’hiver) diminue de 29,4 % pour s’établir à 1,6 million de tonnes. Ce repli est le résultat d’une réduction de la superficie récoltée (-24,8 %) et d’une baisse des rendements (-6,2 %). La réduction prévue de la superficie récoltée est attribuable aux rudes conditions météorologiques hivernales et printanières.

Maïs

Les agriculteurs s’attendent à ce que la production nationale de maïs-grain diminue de 2,0 % comparativement à l’année précédente pour s’établir à 13,6 millions de tonnes en 2019. Malgré une augmentation de la superficie récoltée de 2,3 % pour se chiffrer à 3,6 millions d’acres, les rendements devraient diminuer de 4,1 % pour s’établir à 148,2 boisseaux à l’acre. Les conditions météorologiques très variables tout au long de l’année ont probablement eu une incidence tant sur la superficie que sur les rendements.

Au Québec, les producteurs de maïs-grain s’attendent à ce que la production diminue de 8,6 % pour se fixer à 3,3 millions de tonnes en 2019 en raison d’une réduction prévue de 2,0 % de la superficie récoltée, laquelle s’établirait à 928 700 acres. Les rendements devraient reculer de 6,8 % pour se situer à 140,2 boisseaux à l’acre. En Ontario, on s’attend à ce que les rendements diminuent de 6,0 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 156,1 boisseaux à l’acre.

Soya

À l’échelle nationale, les agriculteurs prévoient que les rendements de soya diminueront de 5,4 % pour s’établir à 40,2 boisseaux à l’acre en 2019. La superficie récoltée devrait diminuer de 9,7 % pour se fixer à 5,7 millions d’acres, ce qui se traduirait par une baisse de 14,6 % de la production, qui se chiffrerait à 6,2 millions de tonnes.

Comme dans le cas du maïs-grain, les mauvaises conditions d’ensemencement printanières dans l’est du Canada, conjuguées aux conditions de plus en plus chaudes et sèches en juillet, ont probablement contribué à la baisse prévue des rendements au Québec et en Ontario.

Au Québec, les agriculteurs s’attendent à une baisse de 8,1 % des rendements de soya, lesquels s’établiraient à 43,1 boisseaux à l’acre en 2019. La superficie récoltée devrait diminuer de 1,4 % pour s’établir à 900 100 acres. Par conséquent, la production devrait reculer de 9,3 % pour s’établir à 1,1 million de tonnes en 2019. En Ontario, le rendement devrait diminuer de 15,2 % pour se fixer à 43,6 boisseaux à l’acre.

Autres céréales

Il semble que les ennuis commerciaux aient eu une incidence sur la production de canola. À l’échelle nationale, les agriculteurs s’attendent à produire 18,5 millions de tonnes de canola en 2019, en baisse de 9,3 % par rapport à 2018. Ce repli est en grande partie attribuable à une réduction prévue de 8,3 % de la superficie récoltée, qui se situerait alors à 20,7 millions d’acres. Cette diminution de la superficie récoltée pourrait être attribuable à une réduction de la superficie ensemencée à la suite des problèmes commerciaux en cours relativement à l’accès limité aux marchés d’exportation chinois.

À l’échelle nationale, les agriculteurs s’attendent à ce que leur production d’orge augmente de 15,1 % par rapport à un an plus tôt pour atteindre 9,6 millions de tonnes en 2019. La production d’avoine devrait augmenter de 15,0 % pour atteindre 4,0 millions de tonnes

Commentaires